La Pléaide

  • La Pléiade /
  • La vie de la Pléiade /
  • L’histoire de la Pléiade

L’histoire de la Pléiade

À la une

«Œuvres complètes, première !», ou Joseph Conrad à la NRF.

La lettre de la Pléiade n° 62, 3 novembre 2017

La publication d’œuvres complètes ou choisies est une tradition ancienne à la Nouvelle Revue française, antérieure à la création de la collection de la Pléiade et à son rattachement à la maison Gallimard. La publication ces jours-ci d’Au cœur des ténèbres et autres écrits de Joseph Conrad vient à point pour se le remémorer, car le romancier d’origine polonaise vit très tôt ses «œuvres» réunies à la NRF. Certes, il n’a pas été le premier à bénéficier d’un tel traitement : un (unique) volume d’œuvres complètes du dramaturge norvégien Henrik Ibsen, mort en 1906, paraît aux Éditions de la NRF en 1914 ; puis en 1916, la maison entreprend la publication posthume des œuvres de Charles Péguy, laquelle s’achève en 1955, après l’entrée de l’écrivain dans la Pléiade.

En savoir plus
  • La première « Pléiade » Malraux. Petite enquête bibliographique

    La lettre de la Pléiade n° 49 , 27 septembre 2012

    La bibliographie réserve souvent des surprises à ceux qui s’y exercent, par métier ou par passion. Elle relève parfois d’une science du palimpseste, mettant au jour un récit caché sous le texte imprimé. Science auxiliaire de l’histoire, elle a vocation à raconter des histoires...

    En savoir plus
  • Le long chemin de la Pléiade Apollinaire

    La lettre de la Pléiade n° 45 , 21 septembre 2011

    La «Bibliothèque de la Pléiade» a sa place dans l’exposition «Portraits pour un siècle. Gallimard. D'un écrivain l'autre» (Galerie des bibliothèques/Ville de Paris, 4 oct.- 27 nov. 2011) notamment au travers d'une lettre de Paul Léautaud à Mme veuve Guillaume Apollinaire, née Jacqueline Kolb, écrite à une époque où le projet d’un volume consacré aux œuvres poétiques de son défunt époux se fait jour, tout en se heurtant à d’importants obstacles contractuels. L’intercession bienveillante, et suivie d’effets, du secrétaire général « historique » du Mercure de France révèle son profond attachement à l’œuvre de « Guillaume » et la place que leur relation amicale tient dans sa vie d’écrivain – et non seulement d’éditeur.

    En savoir plus
  • La «Bibliothèque de la Pléiade» et l'Imprimerie Union

    La lettre de la Pléiade n° 50 , 28 mars 2013

    Les archives d’imprimeurs sont une source importante pour l’histoire du livre, de l’édition et de la vie des idées. Aussi convient-il de saluer l’existence d’un site fort bien documenté1, consacré à l’un des ateliers parisiens ayant imprimé quelque quarante titres de la « Bibliothèque de la Pléiade » entre 1936 et 1950 : l’Imprimerie Union. Une page y est consacrée aux relations de cet atelier parisien avec Jacques Schiffrin2, le créateur et directeur de la collection ; une autre donne accès à quelques-unes des lettres d’affaires adressées par celui-ci en 1940 à l’un des deux fondateurs de l’imprimerie, Dimitri Snégaroff.

    En savoir plus
  • «Rendez-vous avec l’émerveillement…». Raymond Queneau vu par Jean Grosjean

    La lettre de la Pléiade n° 47 , 8 mars 2012

    En juin 1977, Robert Gallimard fait appel à Jean Grosjean pour la préface au premier tome de l’Histoire des littératures de l’«Encyclopédie de la Pléiade». Ce texte en cache un autre : ce n’est pas tant cette nouvelle édition du premier volume de l’Encyclopédie, paru initialement en 1956, que Jean Grosjean présente, mais l’introduction qu’en avait faite, à l’époque de sa première parution, Raymond Queneau.

    En savoir plus
  • « Auto, train ou camping... », ou l’art de promouvoir une collection

    La lettre de la Pléiade n° 42 , novembre 2010

    L’occasion nous a été plusieurs fois donnée d’évoquer la promotion de la Bibliothèque de la Pléiade auprès du grand public lettré. Il existe ainsi un très grand nombre d’affichettes de librairie associées à la parution d’un volume ou à la présentation générale de la collection, dont certaines, particulièrement rares et réussies, font aujourd’hui le bonheur des collectionneurs.

    En savoir plus