La Pléaide

  • La Pléiade /
  • La vie de la Pléiade /
  • Les aventures du texte

Les aventures du texte

À la une

F. Scott Fitzgerald, Échos de l'âge du jazz

La lettre de la Pléiade n° 48, 14 mai 2012

Au sommaire de l’édition des œuvres de Fitzgerald à paraître en septembre sous la direction de Philippe Jaworski figureront notamment une quinzaine de «récits». Il s’agit d’écrits de caractère autobiographique, des « essais personnels » généralement rédigés à la première personne et que Scott publiait dans la presse. Aucune de ses tentatives de les réunir en recueil n’aboutit avant sa mort. Echoes of the Jazz Age, dont nous prépublions ici un extrait dans la traduction inédite de Marc Chénetier, parut dans Scribner’s Magazine en novembre 1931. Comme le souligne Philippe Jaworski, Scott livre là une chronique impressionniste de la décennie (1919-1929) qui l’a fait connaître, à laquelle son nom et son œuvre restent attachés et qui, commencée comme une fête, s’est dégradée en névrose et en crise de violence, avant de sombrer dans la vulgarité.

En savoir plus
  • La marquise introuvable

    La lettre de la Pléiade n° 8 , avril-mai-juin 2001

    On a vu qu'établir un texte n'est pas toujours facile. Mais que dire de l'établissement d'un texte qui n'existe pas ? Aussi étrange que cela puisse paraître, le texte n'existe pas toujours, notamment lorsque, ce que nous considérons aujourd'hui comme une œuvre, n'en était pas une pour son auteur.

    En savoir plus
  • Sœur Agnès et les contrefacteurs

    La lettre de la Pléiade n° 10 , janvier-février-mars 2001

    L'éditeur de textes est un homme (parfois, une femme) à cheval sur les principes qu'il a exposés dans la section de l'appareil critique intitulée « Note sur le texte ». Mais — on l'a vu dans la précédente Lettre, avec la soudaine métamorphose des rastaquouères en moustiques — les grands textes n'hésitent pas à désarçonner leurs éditeurs. D'où l'intérêt d'avoir une bonne assiette.

    En savoir plus
  • En avant première : Lucrèce, La Nature des choses

    La lettre de la Pléiade n° 40 , mai 2010

    Molière, « sérieusement savant quand il lui plaît », traduisit, dit-on, le De rerum natura mais sa traduction n’a pas été conservée. Lucrèce n’en sera pas moins publié dans la Pléiade cet automne, dans le cadre d’un volume intitulé Épicuriens et dont le sommaire figure dans notre catalogue 2010. Son poème y est traduit par Jackie Pigeaud, qui codirige l’édition avec Daniel Delattre. Voici un avant-goût de sa traduction, le début du chant V, qui rend hommage à Épicure.

    En savoir plus