La Pléaide

  • La Pléiade /
  • La vie de la Pléiade /
  • L’histoire de la Pléiade

L’histoire de la Pléiade

À la une

«Œuvres complètes, première !», ou Joseph Conrad à la NRF.

La lettre de la Pléiade n° 62, 3 novembre 2017

La publication d’œuvres complètes ou choisies est une tradition ancienne à la Nouvelle Revue française, antérieure à la création de la collection de la Pléiade et à son rattachement à la maison Gallimard. La publication ces jours-ci d’Au cœur des ténèbres et autres écrits de Joseph Conrad vient à point pour se le remémorer, car le romancier d’origine polonaise vit très tôt ses «œuvres» réunies à la NRF. Certes, il n’a pas été le premier à bénéficier d’un tel traitement : un (unique) volume d’œuvres complètes du dramaturge norvégien Henrik Ibsen, mort en 1906, paraît aux Éditions de la NRF en 1914 ; puis en 1916, la maison entreprend la publication posthume des œuvres de Charles Péguy, laquelle s’achève en 1955, après l’entrée de l’écrivain dans la Pléiade.

En savoir plus
  • Hic et nunc ! Louis-Ferdinand Céline, Claude Gallimard et la Pléiade

    La lettre de la Pléiade n° 41 , septembre-octobre 2010

    Dans le prolongement de l’édition de la Correspondance de Céline dans la Pléiade, voici deux lettres inédites de l’auteur de Mort à crédit adressées à Claude Gallimard. Ces feuillets ont été retrouvés récemment dans les archives de l’éditeur, au sein d’une liasse de correspondances diverses. On y retrouve la tonalité si singulière des correspondances de Céline, et particulièrement des Lettres à la NRF, modèles du genre, publiées par Pascal Fouché (Gallimard, 1991), et dont un choix est proposé dans le volume de la Pléiade établi par Henri Godard et Jean-Paul Louis.

    En savoir plus
  • Lettres de René Char à Gaston Gallimard, 1962.

    La lettre de la Pléiade n° 39 , février-avril 2009

    La première Pléiade Camus, ou l’impossible préface...
    Quelques mois après la mort d’Albert Camus, Gaston Gallimard demanda à Roger Quilliot d’établir la première édition des œuvres de l’écrivain dans la « Bibliothèque de la Pléiade ».

    En savoir plus
  • La Pléiade au miroir

    La lettre de la Pléiade n° 37 , septembre-octobre 2009

    La lecture des comptes rendus de La NRF sur les volumes de La Pléiade nous a appris autant sur la méthode critique de la revue centenaire que sur les grands mobiles d’une collection (Lettre de la Pléiade, 36). Car la critique de Prévost, Cingria ou Caillois, si elle laissait partout affleurer le socle de l’« esprit NRF », approuvait aussi la Pléiade dans ses choix et la révélait à sa singulière complexion.

    En savoir plus
  • La Pléiade selon Montherlant

    La lettre de la Pléiade n° 40 , Mai 2010

    Les ventes publiques réservent souvent de bonnes surprises ; celle qui s’est tenue le 12 mars dernier à l’hôtel Drouot (commissaire-priseur : Brissonneau) présentait deux beaux ensembles, l’un consacré à Jean Cocteau, l’autre à Henry de Montherlant. La description du lot pouvait qu’attirer l’attention de l’amateur de la Pléiade.

    En savoir plus
  • La Pléiade en colloque

    La lettre de la Pléiade n° 38 , octobre-novembre 2008

    Il y a deux ans et demi, une quinzaine de professeurs et d’éditeurs se réunissaient à la Cité du livre d’Aix-en-Provence, auprès de la célèbre Bibliothèque Méjanes, pour réfléchir à la place de la « Bibliothèque de la Pléiade » dans l’histoire des lettres et de l’édition.

    En savoir plus
  • La Pléiade sous l’œil de La NRF

    La lettre de la Pléiade n° 36 , avril-mai 2009

    Si les publications des Éditions de la Pléiade sont plusieurs fois citées dans La Nouvelle Revue française avant 1931, il revient à son rédacteur en chef, Jean Paulhan – sous le pseudonyme de Jean Guérin – d’y signaler les premiers volumes de la collection d’œuvres complètes reliées (Baudelaire, Racine et Voltaire) en avril 1932.

    En savoir plus