La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Colette, Œuvres
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Colette

Œuvres

Tome IV Édition publiée sous la direction d'Alain Brunet et Claude Pichois avec la collaboration de Marie-Christine Bellosta, Marie-Françoise Berthu-Courtivron, Léon Delanoë, Francine Dugast, Jacques Dupont, Jacques Frugier, Michel Mercier, Michel Murat et Yannick Resch

Parution le 7 Novembre 2001
Bibliothèque de la Pléiade, n° 481
Achevé d'imprimer le 27 Septembre 2001
1664 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

69.50 € Acheter le livre

ISBN : 9782070113149
Code distributeur : A11314
GENCOD : 9782070113149

Ce volume contient

Chambre d'hôtel - Journal à rebours - Julie de Carneilhan - Le Képi - Nudité - Gigi - Paris de ma fenêtre - Trois... six... neuf... - Florie - L'Étoile Vesper - Pour un herbier - Trait pour trait - Le Fanal bleu.

Ce tome IV et dernier rassemble les textes publiés par Colette entre 1940 et 1954. À la parution de Gigi (1945), un critique écrit : «Colette, c'est un petit morceau de la France.» L'écrivain devient un trésor national. Pour autant, que ce soit dans les recueils de nouvelles et les brefs romans qu'on lira ici ou dans les livres de souvenirs ou de chroniques, elle n'a rien perdu de l'acuité du regard ou de l'enchantement du style qui permettent de la classer parmi les plus grands.
«Je ne possède plus, en toute propriété, qu'une bête vivante, qui est le feu. Je sais (...) que lui gratter le ventre par en dessous lui plaît comme à toutes les autres bêtes.» En cette compagnie, cloîtrée par la douleur sur son «lit-radeau» du Palais-Royal, elle ne cesse, dans son tête-à-tête avec la mort, de goûter les mots et de faire mijoter ses phrases : «Avec humilité, je vais écrire encore. Il n'y a pas d'autre sort pour moi. Mais quand s'arrête-t-on d'écrire ? Quel est l'avertissement ? Un trébuchement de la main ? J'ai cru autrefois qu'il en était de la tâche écrite comme des autres besognes ; déposé l'outil, on s'écrie avec joie : "Fini !" et on tape dans ses mains, d'où pleuvent les grains d'un sable qu'on a cru précieux... C'est alors que dans les figures qu'écrivent les grains de sable on lit les mots : "À suivre..." »