La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Henrik Ibsen, Théâtre
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Henrik Ibsen

Théâtre

Édition et trad. du norvégien par Régis Boyer

Parution le 9 Novembre 2006
Bibliothèque de la Pléiade, n° 529
Achevé d'imprimer le 09 Octobre 2006
1952 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

76.50 € Acheter le livre

ISBN : 2070117901
Code distributeur : A11790
GENCOD : 9782070117901

Ce volume contient

Les prétendants à la Couronne - Brand - Peer Gynt - La ligue des jeunes - Empereur et Galiléen - Les soutiens de la société - Une maison de poupée - Les revenants - Un ennemi du peuple - La cane sauvage - Rosmersholm - La dame de la mer - Hedda Gabler - Solness le Constructeur - Petit Eyolf - John Gabriel Borkman - Quand nous ressusciterons.

Un siècle exactement après sa mort, le Norvégien Henrik Ibsen est considéré comme l'un des pionniers du théâtre moderne. Le temps ne semble pas avoir de prise sur lui, peut-être parce qu'il a soulevé des questions essentielles, sur la morale, la société, la famille, l'individu, l'humain en général, tout en laissant aux générations successives le soin d'y apporter les réponses qui leur conviennent. Les grands écrivains ont proclamé leur admiration pour son œuvre, et le jeune Joyce n'a pas hésité à apprendre les rudiments du norvégien pour lui dire, dans une lettre célèbre, à quel point son théâtre, «absolument indifférent aux canons officiels de l'art, de l'amitié et des mots d'ordre», comptait pour lui. Joyce ne se trompait pas en pointant la «résolution farouche» avec laquelle Ibsen cherchait à «arracher à la vie son secret». Comment mener une «vie vraie» : la question est centrale dans le théâtre d'Ibsen, dont cette édition, composée de traductions nouvelles, propose l'essentiel : les dix-sept dernières pièces (sur un total de vingt-six), depuis Les Prétendants à la couronne, encore imprégnée de l'inspiration historique qui fut celle du jeune dramaturge lecteur de sagas, jusqu'à Quand nous ressusciterons, qui est en quelque sorte l'«épilogue dramatique» de l'œuvre, en passant par Peer Gynt, où s'accuse la rupture avec le romantisme, et par tous les chefs-d'œuvre dits «bourgeois». Mais le qualificatif ne rend guère justice à ces tragédies du quotidien. Chez Ibsen, les fenêtres du salon donnent sur le fjord. La force et le mystère du paysage scandinave passent dans les caractères des créatures de celui qui fut (selon André Suarès) «le seul Rêveur, depuis Shakespeare».