La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Collectif, Théâtre espagnol du XVIIe siècle
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Collectif

Théâtre espagnol du XVIIe siècle

Tome II Trad. de l'espagnol par Pierre Alzieu, Émile Arnaud, Louis Barbe, Jean Bourg, Jean Canavaggio, Claude Chauchadis, Lucien Dupuis, Pierre Geneste, Bernard Gille, André Labertit, Henri Larose, Robert Marrast, Guy Mercadier, André Nougué, Jean-Pierre Ressot, Marie-France Schmidt, Jean Testas et Marc Vitse. Édition publiée sous la direction de Robert Marrast. Introduction de Jean Canavaggio

Release on 5 Janvier 1999
Bibliothèque de la Pléiade, n° 452
Achevé d'imprimer le 01 Décembre 1998
2048 pages, rel. Peau

83.50 € Acheter le livre

ISBN : 9782070113071
Code distributeur : A11307
GENCOD : 9782070113071

Ce volume contient

Tirso de Molina : Le Timide au palais - Don Gil aux chausses vertes - Le Trompeur de Séville - La Vengeance de Tamar - Par la cave et par le tour - Le Damné par manque d'espoir. Antonio Hurtado de Mendoza : L'Ingénieux Intermède de l'examinateur Messer Palomo. Luis Quiñones de Benavente : Le Barbier - Les Sacristains Cosquillas et Talegote. Pedro Calderón de la Barca : La Dévotion à la Croix - Maison à deux portes, maison difficile à garder - Le Prince constant - Le Festin du roi Balthasar - Aimer par-delà la mort - Le Médecin de son honneur - Les Cheveux d'Absalom - Le Grand Théâtre du monde - La Vie est un songe - Le Magicien prodigieux - L'Alcade de Zalamea - Le Dernier Duel en Espagne - Écho et Narcisse - Intermède du Petit Dragon - Intermède du Défi de Juan Rana. Francisco de Rojas Zorrilla : Hormis le roi, personne. Agustín Moreto y Cavana : Le Beau Don Diego - Intermède de Doña Esquina. Choix de textes polémiques et théoriques sur la «comedia».

Lope de Vega, Tirso de Molina, Calderón, les trois maîtres du genre, résument aujourd'hui pour nous la Comedia espagnole, un des trois grands théâtres, avec le drame élisabéthain et le théâtre français classique, qu'ont inventés les Temps modernes. Mais ils ne doivent ni masquer toute une cohorte de disciples, ni faire oublier qu'ils ont, avec eux, assuré le succès d'un très ample répertoire : une production de masse, prompte à s'approprier tous les thèmes et, comme on l'a dit justement, à métamorphoser le drame de l'univers en univers du drame.
On trouvera ici une sélection inévitablement restreinte, au regard des milliers de pièces que nous a léguées le Siècle d'Or espagnol ; suffisamment ample, cependant, pour donner quelque idée d'un théâtre qui, au-delà des questions qu'il pose à l'historien, n'a jamais perdu le chemin des planches, parce qu'il continue de parler à notre intelligence et à notre cœur.