La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Jean Giraudoux, Œuvres romanesques complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Jean Giraudoux

Œuvres romanesques complètes

Tome I Édition publiée sous la direction de Jacques Body avec la collaboration de Brett Dawson, Alain Duneau, Lise Gauvin, Michel Potet, Agnès Raymond, Jacques Robichez, Jean-Yves Tadié, Guy Teissier et Colette Weil

Parution le 3 Octobre 1990
Bibliothèque de la Pléiade, n° 368
Achevé d'imprimer le 03 Septembre 1990
2096 pages, rel. Peau

65.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070111855
Code distributeur : A11185
GENCOD : 9782070111855

Ce volume contient

Premier rêve signé - Écho - Les Rides - Provinciales - L'École des indifférents - Les Contes d'un matin - Simon le Pathétique - Elpénor - Suzanne et le Pacifique - Siegfried et le Limousin - Juliette au pays des hommes - Bella - Églantine - La Grande Bourgeoise ou Toute femme a la vocation.

Notre édition rassemble, en deux tomes, toutes les œuvres narratives de Jean Giraudoux, nouvelles, contes et romans - y compris le dialogue des deux films auxquels collabora Giraudoux. La présente édition, conformément à l'esprit de la collection, se place dans une perspective historique et génétique. L'ordre est ici chronologique.
La gravité de Giraudoux n'a vraiment été reconnue qu'après sa mort. Pourtant, avec constance et cohérence, ses romans disent un rêve de virginité, de pureté enfantine, un souci de perfection et de sublime d'où naissent la tentation et l'aventure. Chute vers le bas, comme dans La Menteuse : une déchue peut-elle se racheter ? Plus souvent, tentation de l'angélisme, combat avec l'ange. Presque constamment, désir de fuir l'humanité, de fuir sa propre vie, à la façon de Bardini.Jérôme Bardini est la voix la plus profonde d'un certain Giraudoux, disant la solitude et la déréliction de l'individu. Disant le désespoir. Ayant constaté le silence de Dieu, il constate aussi l'indignité des hommes : «il n'y a pas de grands hommes. J'ai perdu toute confiance en mes collègues. L'homme qui nous libérera de l'homme ne viendra plus.»