La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Jules Supervielle, Œuvres poétiques complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Jules Supervielle

Œuvres poétiques complètes

Édition publiée sous la direction de Michel Collot avec la collaboration de Françoise Brunot-Maussang, Dominique Combe, Christabel Grare, James Hiddleston, Hyun-Ja Kim-Schmidt et Michel Sandras

Parution le 14 Mars 1996
Bibliothèque de la Pléiade, n° 426
Achevé d'imprimer le 15 Février 1996
1184 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

59.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070114382
Code distributeur : A11438
GENCOD : 9782070114382

Ce volume contient

Brumes du passé - Comme des voiliers - Poèmes - Débarcadères - Gravitations - Le forçat innocent - Les amis inconnus - La Fable du monde - 1939-1945 - À la nuit - Oublieuse mémoire - Naissances - L'Escalier - Le Corps tragique.

Sur l'horizon de la poésie française, Supervielle apparaît comme une brumeuse silhouette, une fumée volcanique absolument étrangère à notre paysage. Il n'a ni l'éclat du lyrisme, ni la précision oratoire des classiques, ni la rêverie des romantiques, mais une simplicité exigeante qui recouvre bien des conflits intérieurs. On le voit sur les confins de la perception, un espace où s'exerce l'Oublieuse mémoire, cette part d'obscurité dérobée à l'intime, à l'instant où déjà elle ne lui appartient plus. Derrière lui, la gigantesque Cordillère des Andes, un horizon hagard de pampa, un continent neuf, où plane encore une sorte d'horreur cosmique et d'énorme fantaisie créatrice, où les éléments ne sont pas encore domestiqués : elle semble traduire les messages d'une autre perception. Poésie du Nouveau Monde où s'exprime une sensibilité penaude et télépathique, une intelligence sourde et protéiforme, qui installe en nous, dans une proximité surprenante, l'énigme d'un changement indéfini, - une migration intérieure qu'il faut risquer avant de l'éprouver comme une ressource. Cette poésie à nulle autre pareille, difficile à classer parmi les courants qui se sont succédés tout au long du siècle, a cependant réussi à rallier les suffrages des grands écrivains contemporains (Breton, Paulhan, Michaux, Cocteau entre autres) : c'est eux qui le sacrèrent en 1960 Prince des poètes.