La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Jean Cocteau, Œuvres poétiques complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Jean Cocteau

Œuvres poétiques complètes

Édition publiée sous la direction de Michel Décaudin avec la collaboration de Monique Bourdin, Pierre Caizergues, David Gullentops, Léon Somville et Michel Vanhelleputte

Parution le 25 Novembre 1999
Bibliothèque de la Pléiade, n° 460
Achevé d'imprimer le 29 Octobre 1999
2000 pages, ill., rel. Peau, 105 x 170 mm

69.00 € Acheter le livre

ISBN : 2070113922
Code distributeur : A11392
GENCOD : 9782070113927

Ce volume contient

1918-1927 : Le Cap de Bonne Espérance - L'Ode à Picasso - Embarcadères - Poésies (1917-1920) - Escales - Vocabulaire - Plain-Chant - La Rose de François - Poésie 1916-1923 - Odes - Tambour - Cri écrit - Prière mutilée - L'Ange Heurtebise - Opéra. 1928-1944 : Éloge de l'imprimerie - Mythologie - Énigme - Poèmes écrits en allemand - Allégories - Poèmes épars (1930-1944). 1945-1963 : Léone - La Crucifixion - Anthologie poétique - Le Chiffre sept - La Nappe du Catalan - Dentelle d'éternité - Appogiatures - Clair-obscur - Paraprosodies, précédées de 7 Dialogues - Gondole des morts - Cérémonial espagnol du phénix - La Partie d'échecs - Érotiques - Le Requiem - Taches - Poèmes épars (1945-1963). Poèmes à des amis : Poèmes à Jean Marais - Poèmes à Lucien Clergue - Poèmes à Jean-Marie Magnan - Poèmes à Édouard Dermit. Poèmes de jeunesse (1908-1915) : La Lampe d'Aladin - Le Prince frivole - La Danse de Sophocle - Les Vocalises - Poèmes de jeunesse épars et inédits.

Ce volume inaugure les œuvres de Cocteau dans la Pléiade. En commençant ainsi, nous faisons plus que satisfaire à la chronologie : nous rejoignons l'esthétique de l'auteur, pour qui les arts qu'il a pratiqués - théâtre, dessin, peinture, cinéma - ne sont que des facettes de l'Art : la poésie. Cocteau la conçoit, et cela - en filigrane - dès son premier recueil, La Lampe d'Aladin, comme une quête incessante de joyaux enfouis, de messages brouillés. Très vite, cette quête deviendra un impératif - tyrannie des muses dans Plain-chant, puis de l'ange, dont la figure s'ébauche, avec Le Cap de Bonne-Espérance, dans celle de l'aviateur écrivant ses arabesques entre terre et ciel. La poésie, lieu de rencontre toujours entrevue, toujours remise, de deux mondes, lieu d'une vérité qui ne serait, peut-être, que l'étincelle née du choc de deux incompréhensibles. Promesse pour l'annonceur - ange à son tour de l'Ange «qui étouffe les vivants et leur arrache l'âme sans s'émouvoir» -, pour ce «mensonge qui dit toujours la vérité».
Le volume, qui rend aussi hommage au dessin - de Cocteau, de Lhote, de La Fresnaye -, offre de nombreux inédits «En marge» des recueils, dans les Poèmes épars et dans les poèmes de jeunesse. Enfin, dans les versions primitives données dans l'appareil critique, on voit le poète se frayer un chemin dans l'exubérance des mots, de leur musique et de leur agencement.