La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Jean de La Fontaine, Œuvres complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Jean de La Fontaine

Œuvres complètes

Tome I
Fables – Contes et nouvelles
Édition de Jean-Pierre Collinet

Parution le 12 Avril 1991
Bibliothèque de la Pléiade, n° 10
Achevé d'imprimer le 15 Mars 1991
1728 pages, 70 ill., rel. Peau, 105 x 170 mm

65.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070112029
Code distributeur : A11202
GENCOD : 9782070112029

Ce volume contient

Fables choisies mises en vers : La Vie d'Ésope le Phrygien - Livres I à XII - Fables non recueillies. Contes et nouvelles en vers : Première à troisième partie - Nouveaux Contes - Contes publiés dans «Le Poème de Quinquina» - Contes publiés dans les «Ouvrages de Prose et de Poésie» - Conte publié dans les «Œuvres posthumes» - Conte conservé dans les manuscrits de Conrart. Appendices : Discours sur la Fable, de Houdar de La Motte - Éloge de La Fontaine, de Chamfort - Second éloge de La Fontaine, de La Harpe - Essai sur les Fables de La Fontaine , de Taine.

La Fontaine restera éternellement l'auteur des Fables. Sans doute parce qu'en chacun de nous survit quelque chose de l'enfant maussade qui ânonnait La Cigale et la Fourmi sur l'estrade d'une salle de classe. Il y a les Contes, aussi. Mais dans les Contes, les nonnes font des manières à la grille du couvent, les courtisanes sont amoureuses, les cocus vont se percher dans les arbres : trop d'audace, peut-être, pour les écoles. Audace calculée cependant : lecteur de Boccace et de l'Arétin, «Arétin mitigé» lui-même (d'après Furetière), La Fontaine enveloppe les égarements du cœur et la faiblesse de la chair dans des voiles qui, naturellement, montrent plus qu'ils ne dissimulent. L'érotisme, déjà, est «là où le vêtement bâille».
Les fables, pourtant... «Les fables ne sont pas ce qu'elles semblent être.» Dans leur univers discrètement cynique, les faibles paient pour les forts, et les naïfs pour les roués. Proches de notre poésie – parce qu'elles traduisent en la sublimant la parole universelle –, elles ont parfois de riantes duretés. Elles répètent inlassablement qu'une fois passé le temps des amours il ne reste plus, des heures joyeuses, qu'un souvenir nostalgique et lancinant. C'est toujours trop tard, lorsqu'on a compris qu'elle a des bornes, que l'on mesure combien la vie est précieuse.

La présente édition est la seule à procurer l'intégralité des gravures originales des fables, dues à François Chauveau. En tête du volume, une notice sur les illustrateurs de La Fontaine, qui comprend 70 reproductions, analyse l'attrait qu'ont exercé, depuis le XVIIe siècle jusqu'à nos jours, les fables et les contes sur les artistes. On trouvera en appendice des textes de Houdar de La Motte, La Harpe, Chamfort et Taine, tous consacrés au fabuliste.