La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • André Malraux, Œuvres complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

André Malraux

Œuvres complètes

Tome I Édition publiée sous la direction de Pierre Brunel avec la collaboration de Michel Autrand, Daniel Durosay, Jean-Michel Glicksohn, Robert Jouanny, Walter G. Langlois et François Trécourt. Préface de Jean Grosjean

Parution le 3 Mai 1989
Bibliothèque de la Pléiade, n° 70
Achevé d'imprimer le 24 Mars 1989
1536 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

61.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070111428
Code distributeur : A11142
GENCOD : 9782070111428

Ce volume contient

Lunes en papier. Appendice : Lunes en papier [version du «Prologue» destinée au numéro 5 de la revue «Action»]. Écrit pour une idole à trompe - La Tentation de l'Occident. Appendice : André Malraux et l'Orient. Les Conquérants. Appendice : La Question des «Conquérants» - Fragment inédit des «Conquérants» - Malraux et Trotski. Royaume-Farfelu. Appendice : L'Expédition d'Ispahan - Lettre du prestre Jehan à l'empereur de Rome - Voyage aux îles Fortunées. La Voie royale - La Condition humaine. Appendice : Un Chapitre inédit de «La Condition humaine» - L'Adaptation théâtrale de «La Condition humaine». Le Temps du Mépris.

Les Œuvres complètes de Malraux sont présentées en six tomes distribués de la façon suivante : les deux premiers volumes sont consacrés aux œuvres de fiction ; le tome III au Miroir des limbes ; les tomes IV et V procurent tous les textes esthétiques, et le tome VI rassemble les essais littéraires et politiques.
Cette édition révélera un Malraux inconnu. La part de textes publiés en revues, introuvables, et – plus encore – la publication d'œuvres inédites – dont deux romans – donneront, s'il se peut, à cet homme «si ondoyant et si divers» (ainsi que l'eût écrit Montaigne), d'autres visages encore : mais, au «dernier jour, entre des myriades de ressuscités, écrit Jean Grosjean dans sa préface, je le reconnaîtrai à son sourire de faux enfant candide et pas dupe, à sa chaleureuse et maladroite fraternité de solitaire pareille à cette connivence profonde et gênée que les ermites entretiennent avec les chardons de leur désert». Et encore : «Sa célébrité aura beau grandir, elle ne le fera pas tellement connaître. Son charme lui venait d'avoir tourné le dos aux puérilités sans croire aux mûrissements. Ce fut sa force et sa faiblesse d'avoir triomphé de l'enfance sans succomber à aucune maturation.»