La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Jacques Casanova, Histoire de ma vie I, II, III
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Jacques Casanova

Histoire de ma vie I, II, III

Coffret de trois volumes vendus ensemble Édition publiée sous la direction de Gérard Lahouati et Marie-Françoise Luna

Parution le 13 Mai 2015
Bibliothèque de la Pléiade
4192 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

195.50 € Acheter le livre

ISBN : 9782070148424
Code distributeur : A14842
GENCOD : 9782070148424

Ce volume contient

Histoire de ma vie jusqu'en l'an 1797 : du tome I, 1725-1744 au tome X, 1770-1774 - Appendices des tomes I, II et III.

Respecter une œuvre longtemps malmenée, et par là renouveler l’image de Casanova ; faire en sorte que l’on considère l’écrivain et non plus seulement l’aventurier, et pour cela établir enfin une édition respectueuse du manuscrit avec lequel se confond l’Histoire de ma vie : tel est le projet de cette entreprise, aujourd’hui achevée. Le texte est scrupuleusement transcrit ; la langue propre à Casanova, respectée en tout point ; les repentirs de l’écrivain, lisibles au bas des pages, comme les notes qui fournissent la «traduction» des mots ou des passages susceptibles de faire difficulté. Au texte d’Histoire de ma vie s’ajoutent d’importants appendices, qui proposent pour l’essentiel des écrits de l’auteur, mais aussi le témoignage de quelques-uns de ses contemporains, qui l’ont connu, lu, aimé, ou qu’il a marqués, durablement.
Le premier volume de cette édition retraçait la jeunesse vénitienne – le «bel âge» –, jusqu’à l'évasion de la prison des Plombs. Voici Casanova exilé. Il a trente-deux ans. On le retrouve à Paris, «en devoir de faire fortune». Les années 1757-1763 (t. II de notre édition) sont fastes. Naviguant dans les coulisses du pouvoir, opulent, éblouissant, Casanova roule carrosse. Mais une fabrique de toiles peintes le ruine. Son goût pour la magie, la cabale, l’alchimie lui vaut des succès qui tourneront à l'aigre. Affaires, plaisirs, fuites parfois : il voyage dans l’Europe de la guerre de Sept Ans, manque être enrôlé comme soldat, se jette dans un couvent, aspire un temps à une vie retirée, puis s’élance à la poursuite d’une belle amazone. Les longues fiançailles avec Manon Balletti restent sans suite. Le mariage est «le tombeau de l’amour». Casanova commence à se déclarer «libertin».
En 1763 (t. III de notre édition), il est à Londres. Une syphilis le met en danger de mort. Vient le temps des longs voyages : Allemagne, Russie, Pologne, Espagne. La politique européenne le passionne. Il tente en vain de plaire aux souverains. Déceptions, errances, dettes. Quelques jolies passions encore, mais aussi de vilaines «galanteries». À mesure que le récit avance, le passage du temps se fait plus sensible. L’heure des bilans est venue. La maturité dépossède Casanova de sa véritable nature. Il a quarante-sept ans déjà, un «âge méprisé de la fortune». Il se rapproche de Venise.
L’Histoire de ma vie s’interrompt à la date de 1774, à la veille de son retour. Inachèvement accidentel, ou volonté de ne pas raconter la fin? À Venise, désormais, Casanova est un indicateur aux services des inquisiteurs. Pouvait-il investir les années 1774-1798 (date de sa mort) d’un désir qui était lié à l’énergie et à la séduction? Il revient sur l’ensemble de son histoire, lui donne un nouveau titre, Histoire de ma vie jusqu’à l’an 1797, mais n’en prolonge pas le récit. Dans la préface qu'il écrit alors, c’est de ses «folies de jeunesse» que le lecteur est invité à se réjouir avec lui.