La Pléaide

Back to Overview
Programme pour le Concert de la Pléiade du 1er mars 1944. Archives Editions Gallimard
L'histoire de la Pléiade

Les Concerts de la Pléiade (1943-1947) (2/3)

La lettre de la Pléiade n° 26
octobre-novembre 2006

Comme annoncé dans notre précédente livraison, nous donnons ici le programme des sept Concerts de la Pléiade de la saison 1943 ainsi que le descriptif des programmes édités à leur occasion et commentés par le grand musicologue André Schaeffner.

Ce dernier seconda en effet Denise Tual pour l’organisation de ces représentations, de même que Roger Désormière et Nadia Boulanger (on ressent l’influence de la musicienne à la présence de ses anciens élèves, comme Léo Preger ou Michel Ciry). Les cinq premiers concerts, privés, furent donnés parmi les nobles cimaises de la galerie d’art Charpentier, et devant une assemblée aussi nombreuse qu’élégante ; ils alliaient œuvres françaises anciennes et œuvres contemporaines peu jouées voire, pour ces dernières, inédites. Plusieurs premières auditions y furent en effet données, qui pouvaient être des commandes directes de Denis Tual à des artistes de sa connaissance – commandes dont le paiement était honoré par le commanditaire de l’affaire, la Librairie Gallimard.
Ce fut le cas pour les Visions de l’Amen d’Olivier Messiaen, dont la première audition avait été d’abord programmée pour le concert du 3 mai 1943 et qui furent finalement données, en raison de leur importance et de leur durée, lors d’un concert exceptionnel sept jours plus tard. Messiaen en avait achevé l’écriture deux mois auparavant. Étaient notamment présents au concert Paul Valéry, François Mauriac, Jean Cocteau et un jeune élève du maître, Pierre Boulez…

Affichette 1943

Cette commande ouvrait une période d’échanges fructueux entre les Concerts et l’artiste ; il nous sont aujourd’hui connus par l’intense correspondance qui en est résultée, déposée à la Bibliothèque nationale de France. Elle témoigne de la réelle effervescence qu’accompagna cette série de concerts ; de sorte que Francis Poulenc pouvait écrire à Paul Collaer dans une lettre du 20 août 1943 : « Seuls les concerts de la Pléiade, sous la direction de la NRF, ont essayé de proposer quelque chose de nouveau… »

On notera la forte représentation, dans ces programmes de 1943, de pièces musicales inspirées d’œuvres littéraires ; on n’en attendait pas moins de la part de concerts « orchestrés » par la NRF. C’était aussi reconnaître un trait singulier de la musique française contemporaine, comme s’en expliquait Schaeffner dans le programme du premier concert : « Tant les musiciens de la Pléiade que nos compositeurs modernes – de Duparc ou Fauré à Debussy ou Poulenc – ont conclu avec les meilleurs poètes de leur temps une alliance comme la musique française n’en a pas renoué d’aussi étroite au cours de son histoire… » Et Gaston Gallimard de rappeler, dans une lettre à Denise Tual du 26 février 1943, que Valéry avait lui-même mis en musique le Songe d’Athalie… et qu’il serait bien d’y penser pour un concert futur.

Il faut dire enfin un mot de la réputation de snobisme de ces concerts privés, évoquée dans notre précédent article par la voix de Tony Aubin, le critique musical de Co­moedia, plutôt malveillant à leur égard et franchement misogyne : « Public surprenant par la puissance de ses passions et la fragilité de ses raisonnements. Public féminin en un mot, tout charmant, de l’intuition, de l’inconséquence, un sens et un besoin profonds de superficiel, et peu de cervelle sous d’étonnants chapeaux. » L’attaque est basse. Et ce type de reproches avaient dû toucher Gas­ton Gallimard. Schaeffner trouva donc nécessaire, lors du premier concert public donné à la salle Gaveau, de s’expliquer au nom de tous ; son texte parut en tête du programme. Sa mise au point est éclairante quant au principe même de ces concerts – strictement réservés, rappelons-le, à un public français :

« Les deux concerts publics de la Pléiade […] ont été précédés par cinq concerts privés qui ont eu lieu de février à juin dans la Galerie Charpentier. Si brève soit leur histoire, les Concerts de la Pléiade ont déjà leur légende. Du fait que les premiers d’entre eux gardèrent un caractère privé, un reproche de mondanité leur fut adressé. Nous ne sachons pas que l’intérêt d’un concert se mesure au nombre de gens du monde qui y vont ou n’y vont pas ; et par ailleurs il existe assez de concerts que fréquentent les seuls musiciens ou même de gens avertis, auquel seraient présentées des œuvres particulièrement peu jouées. Nombre d’écrivains, de peintres, de musiciens, de critiques furent invités à ces concerts organisés par les Éditions de la NRF et qui s’adressaient autant aux uns qu’aux autres. Combien de ces écrivains mais aussi de ces musiciens entendirent pour la première fois Apollon Musagète et le Concerto pour deux pianos de Strawinsky, les Sept chansons de Poulenc […] les Bagatelles d’Auric et apprirent jusqu’à l’existence d’un Jean Françaix ou d’un Olivier Messiaen.

« Peu d’années après 1914 Jean Cocteau remarquait que “ Montparnasse ” ignorait encore le Sacre ; autrement dit les peintres nouveaux ignoraient une œuvre qui révolutionna la musique moderne, que l’on traita cependant de “ cubiste ” et que les littérateurs et les snobs connurent aussi vite que les musiciens. […] C’est donc à retravailler une opinion qui s’égare parfois, à instruire des ignorances, à corriger des injustices que se sont employées successivement des organisations artistiques extra-professionnelles. Leur liste serait longue depuis les Ballets de Diaguilew jusqu’à la “ Sérénade ”, en passant par l’Orchestre symphonique de Paris. Derniers en date, les Concerts de la Pléiade ne visent, au lendemain d’une défaite, qu’à exalter les vertus particulières de la musique française. » (ANDRÉ SCHAEFFNER, extrait du programme des concerts des 21 et 29 juin 1943).

Les Concerts de l’année 1943

8 février 1943, Galerie Charpentier

Guillaume COSTELEY [attrib.], Le Joly Mois de May [Chorale Émile Passani]
Clément JANEQUIN, Le Chant des oyseaux [id.]
Claudin LE JEUNE, La Belle Aronde [id.]
PASSEREAU, Il est bel et bon [id.]
Claude DEBUSSY, Trois chansons de Charles d’Orléans [id.]
Jean FRANÇAIX, Divertimento (1re audition) [orchestre à cordes sous la direction de Maurice Hewitt ; basson solo : Georges Grandmaison]
Francis POULENC, Sept chansons (La Reine de Saba, de Jean Legrand ; À peine défigurée, Par une nuite nouvelle, Tous les droits, Belle et ressemblante de Paul Eluard ; Marie de Jean Legrand ; Luire, de Paul Eluard) [Chorale Émile Passani]
Igor STRAWINSKY, Soucoupe (1re audition à Paris), quatre chants paysans russes [id.]
Maurice RAVEL, Trois chansons (Nicolette, Trois beaux oiseaux du Paradis, Ronde) [id.]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS
« Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf avec le concours de la Galerie Charpentier 76 fau­bourg Saint-Honoré », 227 x 182 mm., 8 p., texte d’André Schaeffner, notices sur les oeuvres et les compositeurs.
Présentation des « Concerts de la Pléiade », 1 f.
Programme résumé, 1 f.

22 mars 1943, Galerie Charpentier

Jean-Philippe RAMEAU, Chaconne des Indes galantes [Orchestre de chambre Hewitt] – , Les Indes galantes [Jacques Jansen et l’orchestre de chambre Hewitt]
Michel CIRY, Suite pour onze instruments (1re audition) [Orchestre de chambre Hewitt]
Emile DAMAIS, Apparition (Stéphane Mallarmé) (1re audition) [Irène Joachim et l’orchestre de chambre Hewitt]
Gabriel FAURÉ, Pleurs d’or (Albert Samain) [Irène Joachim et Jacques Jansen ; au piano, Irène Aïtoff]
Georges AURIC, Cinq bagatelles [Orchestre de chambre Hewitt]
Maurice DELAGE, Quatre poèmes Hindous [Irène Joachim et l’orchestre de chambre Hewitt]
Igor STRAWINSKY, Apollon Musagète [orchestre de chambre Hewitt]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS
Invitation pour la répétition du 22 mars 1943, 10 heures, à la Galerie Charpentier. « Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf avec le concours de la Galerie Charpentier... », 228 x 184 mm., 12 p., texte d’André Schaeffner, notices sur les œuvres et les compositeurs. Une vignette imprimée collée sur le programme indique que Les Indes galantes de Rameau sont jouées à la place des Colchiques de Raymond Gallois-Montbrun, d’après Apollinaire, qui auraient dû être interprétés par Jacques Jansen. Il est dit plus loin dans les programmes que ces Colchiques avaient été composés spécialement pour les Concerts de la Pléiade, en février 1943.

3 mai 1943, Galerie Charpentier

Emmanuel CHABRIER, Trois valses romantiques [Jean Françaix et Soulina Strawinsky]
Michel CIRY, Madame de Soubise (Alfred de Vigny) (1re audi­tion) [Paul Derenne et Francis Poulenc]
Erik SATIE, Trois morceaux en forme de poire [Simone Tilliard et Francis Poulenc]
Francis POULENC, Cocardes (1919) (Jean Cocteau) [Paul Derenne]
Igor STRAWINSKY, Concerto per due piano-forti soli [Jean Françaix et Soulima Strawinsky]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS
« Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf avec le concours de la Galerie Charpentier… », 230 x 184 mm., 12 p., texte d’André Schaeffner, notices sur les oeuvres et les compositeurs. 1 page du programme est con­sacrée à l’annonce des concerts des 21 et 28 juin 1943.

10 mai 1943, Galerie Charpentier

Olivier MESSIAEN, Visions de l’Amen (1re audition) [Yvonne Loriod et Olivier Messiaen]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS

« Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf avec le concours de la Galerie Charpentier », présentation d’Olivier Messiaen et des Visions de l’Amen.
Invitation, 1 f.

7 juin 1943, Galerie Charpentier

François COUPERIN, L’Impériale [Orchestre de chambre Hewitt]
Léo PREGER, Cantate (1re audition à Paris) [Suzanne Balguerie, Georges Cathelat et l’orchestre Hewitt]
Claude DEBUSSY, Rapsodie pour orchestre et saxophone [Marcel Mule et l’orchestre Hewitt]
Erik SATIE, Socrate [Hélène Bouvier, Irène Joachim et Suzanne Balguerie ; Orchestre Hewitt]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS
« Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf avec le concours de la Galerie Charpentier… », 229 x 182 mm., 12 p., texte d’André Schaeffner, notices sur les oeuvres et les compositeurs. 1 page du programme est con­sacrée à l’annonce des concerts des 21 et 28 juin 1943.

21 juin 1943, Salle Gaveau [1er concert public]

Claude DEBUSSY, Trois chansons de Charles d’Orléans [Chorale Émile Passani]
Claude DEBUSSY, Le Promenoir des deux amants (Tristan L’Hermite) [Pierre Bernac et Francis Poulenc]
Francis POULENC, Sonate pour piano et violon, à la mémoire de F. Garcia Lorca [Ginette Neveu et Francis Poulenc]
Francis POULENC, Sept chansons (voir concert du 8 février 1943) [Chorale Émile Passani]
Maurice RAVEL, Trois poèmes de Stéphane Mallarmé [Pierre Bernac et l’orchestre de chambre Maurice Hewitt]
Maurice RAVEL, Trois chansons [Chorale Émile Passani]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS
« Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf au bénéfice des écrivains et musiciens prisonniers, sous le patronage du commissariat général aux prisonniers de guerre rapatriés et aux familles de prisonniers de guerre », 236 x 156 mm., 16 p., texte d’André Schaeffner, notices sur les oeuvres et les compositeurs.
Affichette pour les concerts des 21 et 28 juin 1943.
Billet pour la répétition générale privée du 20 juin 1943, 14 h 30, à la salle Gaveau, réservée aux Jeunesses musicales de France.

28 juin 1943, Salle Gaveau [2e concert public]

Jean FRANÇAIX, Concertino pour piano et orchestre [Orchestre Hewitt ; au piano : Jean Françaix]
Henri SAUGUET, Les Ombres du jardin, ode dramatique (Joseph Weterings) (1re audition à Paris) [Janine Micheau, Germaine Zevort, Etcheverry, Nougaro, Jouatte, Léonard, Hoche, Bousquet et Lécot]
Francis POULENC, Chansons villageoises (Maurice Fombeure) (1re audition) [Roger Bourdin]
Igor STRAWINSKY, Apollon Musagète [Orchestre de chambre Hewitt]

DOCUMENTS IMPRIMÉS ATTESTÉS
« Concerts de la Pléiade (musique française) organisés par la Nrf au bénéfice des écrivains et musiciens prisonniers... », 16 p., texte d’André Schaeffner, notices sur les oeuvres et les compositeurs.
Affichette.