La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Charles-Ferdinand Ramuz, Romans
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Charles-Ferdinand Ramuz

Romans

Tome II Édition publiée sous la direction de Doris Jakubec avec la collaboration de Noël Cordonier, Jérôme Meizoz, Christian Morzewski, Jean-Louis Pierre, Philippe Renaud, Alain Rochat et Vincent Verselle

Parution le 13 Octobre 2005
Bibliothèque de la Pléiade, n° 518
Achevé d'imprimer le 18 Septembre 2005
1840 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

61.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070116409
Code distributeur : A11640
GENCOD : 9782070116409

Ce volume contient

Présence de la mort - La Séparation des races - Passage du poète - L'Amour du monde - La Grande Peur dans la montagne - La Beauté sur la terre - Farinet ou La Fausse Monnaie - Adam et Ève - Derborence - Le Garçon savoyard - Si le soleil ne revenait pas - La Guerre aux papiers - Appendices et documents.

Ramuz – voilà un cas. Qu'un écrivain de cette dimension puisse être aussi méconnu, cela dépasse l'entendement. En Suisse, son pays d'origine, il est un monument historique. En France, de son vivant, il fut presque célèbre, et souvent mal compris (auteur « rustique », « romancier de la montagne », etc.) ; depuis sa mort (1947), il est peu réédité, peu lu. Il y a des absences dont on se console. Mais connaître Ramuz, c'est vouloir aussitôt le faire connaître. La Pléiade publie donc ses vingt-deux romans. Ils mettent en scène des paysans, la nature y est omniprésente, ils ne sont pas écrits en français standard : voilà pour la surface des choses – c'est elle qui a pu faire taxer Ramuz de régionalisme. Mais creusons un peu. Ramuz traite la nature comme Cézanne ses paysages : il la réduit à ses lignes de force, le pittoresque n'est pas son affaire. Sa montagne n'est pas moins réinventée que les collines mississippiennes de Faulkner. Ses paysans, dépouillés, « élémentaires », et à vrai dire fantasmés, il fait d'eux l'équivalent des rois de Racine : des hommes en proie à la fatalité. Ses sujets – l'amour, la mort, la séparation des êtres – sont ceux des tragiques : aussi universels qu'intemporels. Quant à sa langue, pure création, constamment rythmée, elle repousse les bornes de la syntaxe et sert une narration qui conduit le roman aux limites du genre : il « doit être un poème ». Ramuz étonne. Conformistes s'abstenir. Mais ce n'est évidemment pas un hasard si des écrivains aussi différents (et le mot est faible) que Claudel et Céline l'ont aimé. Pour qui attend du roman autre chose que l'éternelle répétition de modèles et de discours convenus, il sera une découverte majeure.