La Pléaide

Back to Overview
Les éditions de la Pléiade. J. Schiffrin S. A. (1931)
Brochure de la Galerie de la Pléiade : André Masson
Brochure de la Galerie de la Pléiade : Elie Lascaux
L'histoire de la Pléiade

La Pléiade en ses avatars (suite et fin)

La lettre de la Pléiade n° 8
avril-mai-juin 2001

Continuant à parcourir l'alphabet des avatars de La Pléiade, commencé dans La Lettre de la Pléiade n° 7, nous découvrons que l'activité éditoriale s'étoffe encore de nombreuses déclinaisons et, qu'après avoir associé son nom à la Musique, cette prestigieuse collection a tissé plusieurs liens avec les Beaux-Arts.

Éditions de la Pléiade / J. Schiffrin & Cie — Société d'édition créée en 1923 par Jacques Schiffrin, sise au 6, rue Tournefort à Paris. Y furent publiés des livres de luxe, illustrés, d'auteurs français (Maurois, Tardieu, Valéry...) et de classiques russes (Pouchkine, Tolstoï, Tourgueniev) et la collection « Écrits intimes », dirigée par « Charlie » Du Bos (directeur littéraire à partir de 1925). En 1931, ces Éditions annonçaient la création d'une nouvelle collection d'œuvres complètes : la « Bibliothèque reliée de la Pléiade ». Voir : La Lettre de la Pléiade, n° 3.

Encyclopédie de la Pléiade — Série encyclopédique de la « Bibliothèque de la Pléiade », parue en quarante-neuf volumes « in-16 couronne sur papier bible », entre 1956 et 1991, et dont l'idée remonte aux années d'entre-deux-guerres. Raymond Queneau en fut secrétaire général à partir de 1954. Voir : La Lettre de la Pléiade, n° 5.

Galerie de la Pléiade — Galerie d'art, sise au 5, rue Sébastien-Bottin, puis au 17, rue de l'Université (siège des Éditions), où la NRF organisa dans les années 1940 plusieurs expositions artistiques : Mario Prassinos, Élie Lascaux, André Masson, « Si vous savez écrire, vous savez dessiner... »

Galerie de la Pléiade [collection] — Collection créée et dirigée par André Malraux de 1951 à 1957, où furent publiés plusieurs de ses écrits sur l'art (Saturne. Essai sur Goya et Les Voix du Silence en 1951), les trois volumes du Musée imaginaire de la sculpture mondiale de 1952 à 1955, La Métamorphose des Dieux
en 1957 ainsi que Tout Vermeer de Delft et Tout Léonard de Vinci en 1952. On peut y voir le prolongement de la collection Musée de la Pléiade publiée durant l'entre-deux-guerres.

Lettre de la Pléiade — Bulletin périodique de liaison du Cercle de la Pléiade, créé en mai 1999.

Librairie de la Pléiade — Librairie en activité du 25 septembre 1945 au 30 mai 1950, installée (sans pignon sur rue) dans l'un des salons de l'hôtel Bochard de Saron, acquis par Gallimard en 1944. Cette librairie, dirigée par Henri Parisot, avait pour principal objet, aux yeux de Gaston Gallimard, de favoriser les ventes des éditions de luxe de la NRF.

Librairie-galerie de la Pléiade — Galerie d'art créée par Jacques Schiffrin au printemps 1931, située à l'angle de la rue Royer-Collard et du boulevard Saint-Michel, face au jardin du Luxembourg. La première exposition (16 juin-10 juillet 1931) est consacrée au studio Deberny & Peignot, la seconde, au métier des
photograveurs. À partir d'avril 1933, la programmation de la galerie s'oriente presque exclusivement vers les arts photographiques ; Rose Sévèk se voit alors confier l'animation de la galerie, finalement cédée en octobre 1937 à Paul Magné. La Galerie a mis en vente des portfolios collectifs réunissant dix tirages numérotés par leurs auteurs.

Musée de la Pléiade — Collection de monographies sur l'art dont les droits d'édition française avaient été acquis par la NRF, via Jacques Schiffrin, en octobre 1937 à leur éditeur italien, Mario Broglio (collection « Valori plastici »). Y seront publiés des ouvrages sur Giotto, Botticelli (1937), Mantegna et Giovanni Bellini(1938) et sur Paolo Uccello, Andrea del Castagno et Domenico Veneziano (1939). Ces volumes de format 13,5 x 21 cm sont reliés pleine toile et comprennent de nombreuses reproductions. « Cette collection, s'inspirant du principe qui était déjà à la base de la "Bibliothèque de la Pléiade", et qui en a fait le succès (TOUT EN UN) veut remplir le même but, dans le domaine des Arts plastiques, que la "Bibliothèque de la Pléiade" dans celui des lettres : chaque volume comportera en effet Tout l'oeuvre peint ou sculpté de chaque grand artiste. »

Prix de la Pléiade — Prix littéraire créé par la NRF le 16 juillet 1943, et dont le jury, présidé par Jacques Lemarchand, réunissait Marcel Arland, Maurice Blanchot, Joë Bousquet, Albert Camus, Paul Eluard, Jean Grenier, André Malraux, Jean Paulhan, Raymond Queneau, Jean-Paul Sartre et Roland Tual. Quatre
lauréats ont été récompensés par ce prix, couronnant un manuscrit inédit que les Éditions Gallimard s'engageaient à publier : Marcel Mouloudji pour Enrico (1944), Roger Breuil pour Brutus (1945), Jean Grosjean pour Terre du temps (1946) et Jean Genet pour Les Bonnes et Haute Surveillance (1947).

Quinzaine de la Pléiade — Quinzaine promotionnelle durant laquelle la collection est mise en avant en librairie, notamment par le biais de l'Album de la Pléiade offert par les libraires participant à l'opération aux acheteurs de trois volumes de la collection.

Société des Amis de la Pléiade — Société créée le 16 novembre 1925 par Jacques Schiffrin, son frère Simon, son beau-frère Joseph Poutermann et Alexandre Halpern, sise rue Huyghens, prolongement de la maison d'édition créée deux ans plus tôt.