La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Saint-Simon, Traités politiques et autres écrits
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Saint-Simon

Traités politiques et autres écrits

Édition d'Yves Coirault

Release on 24 Octobre 1996
Bibliothèque de la Pléiade, n° 431
Achevé d'imprimer le 10 Septembre 1996
1888 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

76.00 € Acheter le livre

ISBN : 2070113701
Code distributeur : A11370
GENCOD : 9782070113705

Ce volume contient

Brouillons des projets - Sur les maisons de Lorraine, de Rohan et de La Tour - Sur le mariage du jeune prince de Rohan - Projets de rétablissement du royaume de France - Collections sur feu Monsieur le Dauphin - Mémoire succinct sur les formalités - Mémoire contre M. le duc de La Rochefoucauld - Vues sur l'avenir de la France - Projets de gouvernement - Textes à l'usage du duc d'Orléans - Sur les usurpations des «légistes» et les matières de Rome - Sur les légitimités - Mémoire des prérogatives que les ducs ont perdues - Ducs de France et autres seigneurs - Sur les affaires étrangères - Préambule aux maisons d'Albret, d'Armagnac et de Châtillon - Sur les élites sociales du Royaume - Parallèle des trois premiers rois bourbons - Matériaux sur les qualités prises par M. de Soubise.

Au-delà de leur sujet propre, tous les textes réunis dans ce livre posent, avec anxiété, la question de l'avenir de la monarchie. Horrifié par les secousses du «kaléidoscope social», persuadé que la tradition prime le droit fondé sur la raison, nostalgique d'un ancien monde à demi fabuleux, Saint-Simon choisit le révolu contre les révolutions. Et quand il se heurte au temps et aux réalités, il lui reste la dimension de la négativité et de la subversion. Son mépris de ce qui passe (le «néant du monde») paraît-il mal accordé à son amour (ou à sa rage) des grandeurs temporelles ? «Dans un baiser de pair, il sent le souffle de l'infini», écrit Yves Coirault : tout signe s'inscrit dans l'orbe d'un mythe plus ou moins transhistorique censé gouverner l'histoire. Il nous est facile, à nous qui savons que la monarchie ne survécut pas quarante ans à Saint-Simon, de parler de la vanité de ses luttes.
Le moins inutile des combats que ce livre met en lumière aura été celui du style, de cette écriture qui étonna la langue française. Ce qu'on propose ici, c'est un raccourci d'univers dont la première vertu serait de rendre moins impalpable le génie de la création.