La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • William Shakespeare, Tragédies, I, II
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

William Shakespeare

Œuvres complètes, I, II

Tragédies, I, II

Coffret de deux volumes vendus ensemble Trad. de l'anglais par Line Cottegnies, Jean-Michel Déprats, Robert Ellrodt, Jérôme Hankins, Richard Marienstras, Yves Peyré, Lois Potter, Jean-Pierre Richard (1949 - ), Henri Suhamy, Catherine Treilhou-Balaudé et Gisèle Venet. Édition publiée sous la direction de Jean-Michel Déprats avec la collaboration de Gisèle Venet. Préface d'Anne Barton Textes établis, présentés et annotés par les traducteurs et traductrices. Édition bilingue

Parution le 24 Avril 2002
Bibliothèque de la Pléiade
3376 pages, rel. Peau, 112 x 182 mm

134.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070117239
Code distributeur : A11723
GENCOD : 9782070117239

Cette édition propose des traductions qui, presque toutes, ont déjà subi (victorieusement) l'épreuve de la scène. Soucieuses de la théâtralité du texte et de son oralité, elles respectent l'alternance de vers (rimés ou non) et de prose, et s'efforcent de rendre justice au pouvoir d'invention poétique et dramaturgique de Shakespeare. Elles sont dues, pour la plupart, au maître d'œuvre de l'édition, Jean-Michel Déprats, qui les soumet ici à une nouvelle épreuve : celle de la confrontation avec l'original anglais. Car cette édition est bilingue. Autre vérité bonne à dire : depuis le XVIIe siècle, le texte des œuvres de Shakespeare n'a cessé d'être «amélioré» par ses éditeurs successifs. Rien d'étonnant à cela : aucune édition ancienne n'est susceptible de servir de référence absolue. On croit d'ailleurs savoir que Shakespeare n'est pas intervenu personnellement dans la publication de ses pièces. Il convenait donc de tenir le plus grand compte de la mouvance du texte et, dans le même temps, de se garder d'une sorte d'«impressionnisme éditorial» qui aurait consisté à s'autoriser des manipulations de toute nature dans l'espoir toujours déçu de saisir l'insaisissable, de retrouver ce qui est perdu : «le véritable Shakespeare». Shakespeare reste un mystère...