La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Jean Anouilh, Théâtre
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Jean Anouilh

Théâtre

Tome I Édition de Bernard Beugnot

Parution le 18 Octobre 2007
Bibliothèque de la Pléiade, n° 536
Achevé d'imprimer le 25 Septembre 2007
1504 pages, 15 ill., rel. Peau, 105 x 170 mm

70.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070115877
Code distributeur : A11587
GENCOD : 9782070115877

Ce volume contient

Humulus le muet - L'Hermine - Y' avait un prisonnier - Le Voyageur sans bagage - La Sauvage - Le Bal des voleurs - Léocadia - Le Rendez-vous de Senlis - Eurydice - Antigone - L'Invitation au château - Épisode de la vie d'un auteur - Ardèle ou La Marguerite - La Répétition ou L'amour puni - Colombe - La valse des toréadors - Cécile ou L'école des pères. Appendices : Mystère de la Nativité - Autour du théâtre - Sur le théâtre (1926-1952).

Peu d'œuvres ont été aussi mal jugées que celle d'Anouilh. Plusieurs raisons à cela : cinquante ans de succès public, ce qui ne se pardonne pas ; un anti-conformisme social, politique et culturel dont on a fait un délit d'opinion ; la célébrité d'Antigone, qui est l'arbre qui dispense d'aller faire un tour en forêt ; le recours, enfin, à des formes (farce, drame, tragédie, toutes les sortes de comédie), à des procédés (agilité technique, structures ingénieuses, répliques brillantes) et souvent à une tradition (duchesses et généraux, sofas et bergères, Toto et Marie-Christine) qui, associés, forment la façade et dissimulent la vraie nature de ce théâtre essentiellement poétique. Les rituels sociaux y cachent des vertiges, les rires soudains y sont la politesse de désespoirs durables. «Sous [s]on petit chapeau d'Arlequin», Anouilh cache une «grande oreille de janséniste». Quels que soient le cadre (mythologique, historique, contemporain) et la tonalité (rose, noire, grinçante…) de ses pièces, les mêmes questions sont présentes : l'identité, l'impossible relation à autrui, la douleur née des compromissions, la nostalgie de la pureté, l'irrémissibilité du temps. Il est aussi difficile d'être en bons termes avec soi – «Je suis rentré en moi-même plusieurs fois. Seulement, voilà, il n'y avait personne» – que de connaître autrui : «Quel monde incompréhensible, les autres...» Bref, si «les autres» ne sont pas exactement «l'enfer», les pièces d'Anouilh ont souvent la tension d'un huis clos, et l'auteur de Becket est bel et bien, à sa manière, un dramaturge de l'existence.