La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Collectif, Théâtre de l'Inde ancienne
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Collectif

Théâtre de l'Inde ancienne

Trad. du sanskrit et du prâkrit par Nalini Balbir, Lyne Bansat-Boudon, Sylvain Brocquet, Yves Codet, André Couture, Charles Malamoud et Marie-Claude Porcher. Édition publiée sous la direction de Lyne Bansat-Boudon avec la collaboration de Nalini Balbir, Sylvain Brocquet, Yves Codet, André Couture, Charles Malamoud et Marie-Claude Porcher

Parution le 23 Mars 2006
Bibliothèque de la Pléiade, n° 523
Achevé d'imprimer le 27 Février 2006
1648 pages, 21 ill., rel. Peau, 105 x 170 mm

80.50 € Acheter le livre

ISBN : 207011435X
Code distributeur : A11435
GENCOD : 9782070114351

Ce volume contient

Bhāsa : Les Statues. Śūdraka : Le Petit Chariot de terre cuite. Kālidāsa : Mālavikā et Agnimitra - Urvaśī conquise par la vaillance - Śakuntalā au signe de reconnaissance. Bhāsa : Vāsavadattā vue en songe - Les Vœux de Yaugamdharāyaṇa - Avimāraka. Bhaṭṭanārāyaṇa : Les Tresses renouées. Bhāsa : Les Cuisses brisées. Bhavabhūti : La Fin de la geste de Rāma. Bhāsa : La Geste du jeune Kṛṣṇa. Harṣa : Priyadarśikā. Bhāsa : Le Sacre. Harṣa : Ratnāvalī.

Comme l'opéra occidental, le théâtre de l'Inde ancienne est un spectacle total. Il associe tous les arts de la scène. Présence conjuguée de la danse, de la musique et de la poésie ; alternance de la prose et des vers ; alternance des langues aussi : le sanskrit, réservé aux hommes de haut rang, cohabite avec les prâkrits, langues assignées aux hommes de condition inférieure et aux femmes, reines ou déesses. L'intrigue emprunte à trois sources principales : l'épopée – Mahabharata et Ramayana –, les contes, l'histoire. Ici, ni comédie ni tragédie ; c'est l'émotion esthétique, l'émerveillement, qui prime. Ce théâtre se lit comme un poème. Quant à la règle des trois unités, elle n'a pas cours : l'action, multiple, se situe rarement dans un lieu unique, et certaines pièces se déroulent sur vingt années, ou plus. Quant aux représentations, elles peuvent durer plusieurs jours (et plusieurs nuits).
Cette étrangeté a enflammé l'Occident. En 1789, William Jones donne la première traduction anglaise d'une pièce indienne, Sakuntala. L'engouement est immédiat. Goethe est envoûté par la jeune héroïne : «Faut-il nommer les fleurs du printemps avec les fruits de l'automne, le charme qui enivre avec l'aliment qui rassasie, le ciel avec la terre ? C'est ton nom que je prononce, ô Sacontala, et ce seul mot dit tout.» C'est le début de la «Renaissance orientale». La vague d'enthousiasme ne retombera pas : de Schlegel à Apollinaire, en passant par Théophile Gauthier, Gustave Flaubert ou Camille Claudel, tous reconnaissent en Sakuntala l'héroïne romantique par excellence. Désormais, la découverte de l'Inde se confond avec celle de son théâtre, c'est-à-dire avec le genre que les Indiens considèrent comme la forme la plus achevée de leur littérature.