La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Guy de Maupassant, Romans
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Guy de Maupassant

Romans

Édition de Louis Forestier

Release on 4 Mai 1987
Bibliothèque de la Pléiade, n° 339
Achevé d'imprimer le 05 Mars 1987
1744 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

64.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070111183
Code distributeur : A11118
GENCOD : 9782070111183

Ce volume contient

Une Vie - Bel-Ami - Mont-Oriol - Pierre et Jean - Fort comme la mort - Notre cœur. Romans inachevés : L'Âme étrangère - L'Angélus.

Voici, après les deux tomes consacrés aux Contes et nouvelles, le volume qui rassemble tous les romans de Maupassant, y compris ses deux romans inachevés L'Âme étrangère et L'Angélus.
Est-il tout à fait assuré que Maupassant appartienne au naturalisme? Certes, il s'agit pour lui de trouver la vérité de l'homme non plus seulement dans son esprit (comme au XVIIIe siècle) ou dans quelques types exceptionnels (comme au XIXe), certes, Taine et Claude Bernard ne sont pas loin, et Flaubert, fils de médecin : les personnages de Maupassant sont au monde «à travers leur corps», corps immergé dans un milieu qui les explique en partie. Et si – cependant – Maupassant était impressionniste, troublé par l'instant qui passe et les crépuscules qui ramènent les monstres ou les doubles que la nuit profère? Une vie : Jeanne, l'héroïne, est l'hypostase même de l'absence ; c'est une vie quelconque – la sienne –, mais qui pourrait être la nôtre. Bel-Ami, ou l'homme qui arrive par les femmes dans les milieux bien troubles – et pas tout à fait archaïques – d'un certain journalisme et d'une certaine politique. Mont-Oriol, ou comment un type de médecin crée sa propre clientèle en suscitant la maladie de son malade. Pierre et Jean, ou l'obsession de l'identité. Plus fort que la mort : Olivier Bertin meurt – comme dans Racine – quand il reconnaît dans la fille de sa maîtresse le portrait – comme dans Poe traduit par Baudelaire – qu'il a jadis fait de celle-ci. Mais le portrait, ici, est de chair vivante. Notre cœur, ou la frigide qui tient salon : peut-être le seul roman de Maupassant qui sauve son héros par un recours quelque peu rousseauiste à la fraîche nature.
Anatole France écrivait de Maupassant dans sa Vie littéraire : «Son indifférence est égale à celle de la nature : elle m'étonne, elle m'irrite. Je voudrais savoir ce que croit et sent en dedans de lui cet homme impitoyable. Aime-t-il les imbéciles pour leur bêtise? Aime-t-il le mal pour sa laideur? Que croit-il de l'homme? Peut-être se dit-il que le monde est bien fait, puisqu'il est plein d'êtres mal faits et malfaisants? Toutefois, on est libre de penser, au contraire, que M. de Maupassant est, en secret, triste et miséricordieux, navré d'une pitié profonde, et qu'il pleure intérieurement les misères qu'il nous étale avec une tranquillité superbe.» Faut-il, en définitive, penser de ces cruels romans ce que Maupassant écrivait, dans son premier recueil de vers, des femmes :
Il faut dans ces fruits-là ne mettre que la dent :
On trouverait au fond une saveur amère.