La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Cioran, Œuvres
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque Envoyer par courriel
Attribute Type Value
id string 543
lastname string 'Cioran'
firstname NULL
sort_name string 'CIORAN E M '
biography NULL
biography_update NULL
short_biography string 'E.M. Cioran est né en 1911 en Roumanie où il a fait des études supérieures de philosophie. Bergsonien d'abord, il se tourna ensuite vers Nietzsche. En 1937, il fut envoyé par l'Institut français de Bucarest en France où il s'établit jusqu'à sa mort en juin 1995.'
short_biography_update string '2010-04-30 00:00:00'
jeunesse_biography NULL
jeunesse_biography_update NULL
literary_movement NULL
friend_link NULL
picture NULL
picture_update NULL
picture_copyright NULL
jeunesse_picture NULL
contribution_nature string 21
contribution_sub_nature string 4
jeunesse_picture_update NULL
press_extract NULL
more NULL
jeunesse_picture_copyright NULL
links array Array(0)
figures array Array(0)
awards array Array(3)
>0 array Array(5)
>1 array Array(5)
>2 array Array(5)
pseudonyms array Array(0)
collectionsManaged array Array(0)
epoques array Array(2)
>0 array Array(1)
>1 array Array(1)
country array Array(3)
>id string '1'
>name string 'FRANCE'
>sort_name string 'FRANCE'
count_contribution string 1
linksgallimard array Array(0)

Cioran

Œuvres

Édition de Nicolas Cavaillès avec la collaboration d'Aurélien Demars

Parution le 17 Novembre 2011
Bibliothèque de la Pléiade, n° 574
Achevé d'imprimer le 10 Octobre 2011
1728 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

64.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070126255
Code distributeur : A12625
GENCOD : 9782070126255

Ce volume contient

Précis de décomposition - Syllogismes de l'amertume - La Tentation d'exister - Histoire et utopie - La Chute dans le temps - Le mauvais démiurge - De l'inconvénient d'être né - Écartèlement - Aveux et anathèmes - Exercices d'admiration. Appendices : Premiers textes français - En marge du «Précis de décomposition» - L'Élan vers le pire.

«Ce volume rassemble tous les ouvrages rédigés et publiés par Cioran en langue française. Le fossé qui sépare de ce corpus essentiel les œuvres roumaines antérieures n'est pas seulement linguistique, spatial ni temporel : à la métamorphose complexe de la pensée en exil s'ajoutent, dès Précis de décomposition (1949), un nouvel art d'écrire, de nouvelles exigences stylistiques et un nouvel horizon éditorial, dont Cioran ne se départira pas. On n'entend évidemment pas nier l'existence ni l'importance de l'œuvre roumaine. Il s'agit bien plutôt de respecter l'unité naturelle et puissante du corpus français, qui avait déjà rendu Cioran lui-même très réticent devant l'idée que l'on traduisît dans sa langue d'adoption ses textes roumains. Le lecteur trouvera ici les dix œuvres par lesquelles Emil Cioran, devenu E.M. Cioran, écrivain français, s'imposa comme Cioran, l'un des plus brillants stylistes du XXe siècle.
Il n'eut jamais aucun plan d'œuvre général ; il avança de texte en texte au gré de ses chaotiques nécessités intérieures, prenant seulement le soin, en des temps de plus en plus espacés au fil des années, de réunir ses écrits isolés dans des volumes cohérents. Syllogismes ou pensées, arrêts ou confessions, examens thématiques ou divagations désinvoltes – que disent ces textes de leur auteur? ne faudrait-il pas qu'il soit philosophe, lui qui n'évolue que dans le présent des sentences? mais ne se contredit-il pas trop, pour un raisonneur, ne serait-il pas plutôt l'écrivain rassemblant des points de vue, sinon des personnages multiples et différents? il ne parle pourtant que de lui-même, tout le temps, quand bien même il commenterait la misère de l'homme, les avantages du squelette ou la pierre de Caillois : n'est-ce pas là le fait d'un poète? et pourtant, ce serait un poète œuvrant contre son propre lyrisme, pour le renoncement au moi, une manière de moine rongé par son égotisme verbeux : est-ce encore envisageable?...
On perdrait ainsi beaucoup de temps à tâcher de dissoudre Cioran dans une solution générique ad hoc. N'étant ni ceci ni cela, et tout à la fois, il présente jusque dans cette complexité de nature une attitude récalcitrante et originale, libre comme l'est toute solitude. Les poches soigneusement délestées de toute illusion de pouvoir, de mérite ou de valeur, Cioran réfléchit à sa vie comme à l'existence dans sa totalité, car l'inconvénient d'être né n'est qu'un succédané d'un désagrément plus vaste encore – qu'il y ait quelque chose plutôt que rien.»
Nicolas Cavaillès.

Cioran pleine peau

Eric Chevillard, Le Monde des Livres (18 novembre 2011)

«...les contradictions de Cioran n'invalident pas son oeuvre, elles en révèlent plutôt la force et la beauté.»

« Au reste, on perdrait beaucoup de temps à « tenter de dissoudre Cioran dans une solution ad hoc. N'étant ni ceci ni cela, et tout à la fois, il présente jusque dans cette complexité de nature une attitude récalcitrante et originale, libre comme I'est toute solitude» observe très justement Nicolas Cavaillès qui a établi cette édition (avec la collaboration d'Aurelien Demars), laquelle comprend les dix volumes écrits en français par Cioran depuis Précis de décomposition(1949) jusqu'à Exercices d'admiration(1986).»

Cioran, moraliste français

Paulin Césari, Le Figaro magazine (10 décembre 2011)

« Son entrée dans la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade » est l'occasion de goûter à nouveau aux aphorismes éblouissants et dévastateurs de l'écrivain d'origine roumaine mort en 1995. Et surtout à son art de la langue francaise.»

« Comme le rappelle très justement Nicolas Cavaillès dans sa très belle préface, cet écrivain n'était pas d'ici :« II se serait voulu n'importe où ailleurs, n'importe où hors de l'humain. » Il n'en fut pas ainsi et ses oeuvres en langue française, réunies dans la présente édition et remarquablement annotées, permettent de comprendre pourquoi et comment ce naufragé du néant ne dut son salut qu'à l'écriture.»

Cioran "empléiadé"

Stéphane Barsacq, La Quinzaine littéraire (16-31 décembre 2011)

« Edition en tous points parfaite. Parfaite déjà par le choix des oeuvres - uniquement les livres écrits en français, soit dix chefs-d'oeuvre, et eux seuls, qui suffisent à notre dette de reconnaissance envers ce métèque de génie qui se fit une gloire de pratiquer une langue, et ses nuances, que les troglodytes ne maîtrisaient déjà plus.»