La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Alphonse de Lamartine, Œuvres poétiques complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Alphonse de Lamartine

Œuvres poétiques complètes

Édition de Marius-François Guyard

Parution le 2 Octobre 1963
Bibliothèque de la Pléiade, n° 165
Achevé d'imprimer le 27 Août 1963
2112 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

61.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070102983
Code distributeur : A10298
GENCOD : 9782070102983

Ce volume contient

Méditations poétiques - La Mort de Socrate - Nouvelles Méditations poétiques - Le Dernier Chant du pèlerinage d'Harold - Chant du Sacre ou La Veille des armes - Épîtres - Harmonies poétiques et religieuses. Des «Harmonies» à «Jocelyn» : Fragments des «Visions» - Odes politiques - Poèmes recueillis dans l'édition des «Œuvres» de 1832 - Poèmes recueillis dans l'édition des «Œuvres complètes» de 1834 - Voyage en Orient. Jocelyn. De «Jocelyn» à «La Chute d'un ange» : La Chute d'un ange - Recueillements poétiques. Des «Recueillements» à l'édition des souscripteurs : Poèmes ajoutés aux «Recueillements» (1840) - Pièces nouvelles de l'édition des «Œuvres complètes» (1843) - Les Confidences. Édition des souscripteurs : Pièces ajoutées aux «Méditations poétiques» - Méditations poétiques inédites - Pièces ajoutées aux «Harmonies» - Pièces ajoutées aux «Recueillements» - Poésies diverses. Toussaint Louverture - Les Visions - Poèmes du «Cours familier de littérature» - Saül. Œuvres posthumes : Pièces datées - Pièces non datées.

«Lamartine (1790-1869) a été député sous Louis-Philippe et à la tête du gouvernement provisoire en 1848. Mais ce sont ses Méditations (1820) qui ont été une révolution. Loin des images criardes et des cassures cabotines, son langage invente la transparence musicale. Ses recueils lyriques, ses épopées (Jocelyn) et jusqu’à ses proses restent en pleine nature en même temps qu’à l’intérieur de l’âme. Personne ne sait mieux nous faire prendre conscience de cette fuite du temps dont nous sommes tissus. "Mes jours déclinent comme l’ombre."»
Jean Grosjean.