La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Denis Diderot, Œuvres philosophiques
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Denis Diderot

Œuvres philosophiques

Édition publiée sous la direction de Michel Delon avec la collaboration de Barbara De Negroni

Parution le 18 Novembre 2010
Bibliothèque de la Pléiade, n° 565
Achevé d'imprimer le 14 Octobre 2010
1472 pages, 16 ill., rel. Peau

66.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070116423
Code distributeur : A11642
GENCOD : 9782070116423

Autour du livre

Ce volume contient

Pensées philosophiques - Promenades de Cléobule - Lettre sur les aveugles - Lettre sur les sourds et muets - Pensées sur l'interprétation de la Nature - Le rêve de d'Alembert - Principes philosophiques sur la matière et le mouvement - Réfutation d'Helvétius - Entretien d'un philosophe avec Mme la maréchale de *** - Essai sur les règnes de Claude et de Néron.

«Je me suis moins proposé de t'instruire que de t'exercer.» L'aveu liminaire des Pensées sur l'interprétation de la nature dévoile en partie le projet philosophique de Diderot, en même temps que sa relation au lecteur. Son propos n'est pas d'ordonner le monde, mais d'en refléter le caractère ondoyant, insaisissable. Si le réel, «cet immense océan de matière» où les formes apparaissent et se défont sans cesse, échappe à l'emprise de la raison, alors il faut, pour l'approcher au plus près, inventer une écriture capable de saisir la diversité de l'être. Diderot écarte l'idée même d'un savoir achevé, qui impliquerait l'existence d'un entendement divin. Il récuse tour à tour l'abstraction métaphysique et la philosophie rationnelle, qui méconnaît la sensation. Sa démarche est fondée sur l'observation des faits et l'enchaînement des conjectures. Vouée à l'incertitude, elle n'en poursuit pas moins sa quête interminable : elle «ne sait ni ce qui lui viendra, ni ce qui ne lui viendra pas de son travail ; mais elle travaille sans relâche». Le sens se dérobe sous «la multitude infinie des phénomènes de la nature». Comprendre, c'est encore interpréter. Le sujet lui-même se démultiplie – «naître, vivre et penser, c'est changer de forme» –, au point de disparaître – «Je suis transparent», déclare le Philosophe à la Maréchale – sous la superposition des discours : traductions, lettres, essais, dialogues, réfutations... Pas plus que Diderot ne se reconnaît dans son portrait par Van Loo, les Œuvres philosophiques ne font système. Elles tentent inlassablement de capter, dans un jeu de miroirs, une vérité partielle, éclatée. De Pascal à Rousseau en passant par Helvétius, l'auteur se définit en se confrontant ; il multiplie les masques – tour à tour d'Alembert ou Sénèque –, les emprunts, les citations ; touche-à-tout insatiable que la postérité n'a eu de cesse de réduire à telle ou telle de ses figures successives : sceptique, athée, matérialiste... La présente édition, en posant les principaux jalons de l'œuvre philosophique – les Pensées datent de 1746, l'Essai sur les règnes de Claude et de Néron de 1778 –, immobilise une instabilité de principe, sans interrompre pour autant la circulation du sens. Il appartient au lecteur, comme l'a voulu Diderot, de rétablir les liens entre ces textes épars, afin de les faire vivre et résonner entre eux.

Diderot bouge encore

Philippe Sollers (Le Nouvel Observateur, 23 décembre 2010)

«Pour tous ceux qui, à l'époque, complotent pour un changement d'ère, Diderot est "le Philosophe" Drôle de philosophe, aussi éloigne des saints de la profession ancienne que des bavards sociaux d'aujourd'hui. L'auteur des Bijoux indiscrets, de La Religieuse, du Neveu de Rameau, de Jacques le fataliste est d'abord un tourbillon en acte. II est partout et nulle part, c'est une effervescence incessante. Comme le dit très justement Michel Delon, "son style est celui du harcèlement ou de la guérilla qui change sans cesse de place, qui récuse toute position définitive".»