La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Kant, Œuvres philosophiques
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Immanuel Kant

Œuvres philosophiques

Tome I
Des premiers écrits à la Critique de la raison pure (1747-1781)
Trad. de l'allemand par Ferdinand Alquié, Alexandre J.-L. Delamarre, Victor Delbos, Jean Ferrari, Luc Ferry, François de Gandt, Pierre Jalabert, Jean-René Ladmiral, Marc de Launay, Bernard Lortholary, François Marty, Joëlle et Olivier Masson, Alexis Philonenko, Alain Renaut, Jacques Rivelaygue, Jean-Marie Vaysse, Heinz Wismann et Sylvain Zac. Édition publiée sous la direction de Ferdinand Alquié avec la collaboration de Claude Berry, Jean Ferrari, Bernard Lortholary, François Marty, Jacques Rivelaygue et Sylvain Zac

Parution le 25 Novembre 1980
Bibliothèque de la Pléiade, n° 286
Achevé d'imprimer le 06 Octobre 1980
1840 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

65.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070109722
Code distributeur : A10972
GENCOD : 9782070109722

Ce volume contient

Les premiers écrits (1747-1762) : Premières réflexions sur l'optimisme - Histoire générale de la nature et théorie du ciel [extraits] - Nouvelle explication des premiers principes de ma connaissance métaphysique - Essai de quelques considérations sur l'optimisme - La fausse subtilité des quatre figures du syllogisme. Les écrits de 1763 : Recherche sur l'évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale - Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeurs négatives - L'unique fondement possible d'une démonstration de l'existence de Dieu. Des Observations sur le beau et le sublime à l'étude des rêves d'un visionnaire (1764-1766) : Observations sur le sentiment du beau et du sublime - Annonce de M. Emmanuel Kant sur le programme de ses leçons pour le trimestre d'hiver 1765-1766 - Rêves d'un visionnaire expliqués par des rêves métaphysiques - Lettres à Lambert et à Mendelssohn. La position du problèmes critique (1767-1780) : De la forme et des principes du monde sensible et du monde intelligible [La dissertation de 1770] - Lettres et fragments. La critique de la raison pure.

«Kant (1724-1804) est un professeur : c'est à travers son enseignement et ses lectures que sa pensée acquiert sa forme propre. Il marque la fin de la métaphysique sous son aspect dogmatique : s'interrogeant sur le pouvoir de connaître, il montre qu'il n'est pas à la mesure de sa prétention à saisir l'inconditionné. Mais il a pris au sérieux l'ambition métaphysique, qu'il attribue à la raison elle-même. L'inconditionné, refusé au savoir, mais manifesté dans l'autonomie de la raison pratique et anticipé dans l'espérance, est le vrai fil conducteur de sa pensée qui le découvre non plus dans l'objet mais dans l'acte, la spontanéité et la liberté.»
Alexandre J.-L. Delamarre.