La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Nathalie Sarraute, Œuvres complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Nathalie Sarraute

Œuvres complètes

Édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié avec la collaboration de Viviane Forrester, Ann Jefferson, Valerie Minogue et Arnaud Rykner

Parution le 15 Novembre 1996
Bibliothèque de la Pléiade, n° 432
Achevé d'imprimer le 15 Octobre 1996
2176 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

70.50 € Acheter le livre

ISBN : 9782070114344
Code distributeur : A11434
GENCOD : 9782070114344

Ce volume contient

Tropismes - Portrait d'un inconnu - Martereau - Le Planétarium - Les Fruits d'or - Entre la vie et la mort - Vous les entendez? - «Disent les imbéciles» - L'Usage de la parole - Enfance - Tu ne t'aimes pas - Ici. Théâtre : Le Silence - Le Mensonge - Isma ou Ce qui s'appelle rien - C'est beau - Elle est là - Pour un oui ou pour un non. Critique : Paul Valéry et l'Enfant d'Éléphant - L'Ère du soupçon - Flaubert le précurseur - Conférences et textes divers.

Ce que manifestent les Œuvres complètes de Nathalie Sarraute - qui, outre l'ensemble des récits, réunissent le théâtre, les essais critiques et des conférences et articles inédits en volume - c'est d'abord l'étendue considérable de l'œuvre accomplie par cette pionnière solitaire, indépendante de tout mouvement littéraire, fût-ce celui du Nouveau Roman, auquel on l'a souvent assimilée. C'est aussi la cohérence, la richesse et la capacité d'innovation remarquables d'un corpus tissé de liens et d'échos.
Nombre d'écrivains se veulent novateurs, mais celui qui, sournoisement, s'oppose aux réformes et revient au monde ancien, ce réactionnaire, c'est le lecteur. L'œuvre de Nathalie Sarraute, novatrice ô combien, aura fait beaucoup pour qu'il évolue. Attaché aux «types» littéraires, le lecteur, «tel le chien de Pavlov, à qui le tintement d'une clochette fait sécréter de la salive, sur le plus faible indice», «fabrique des personnages». C'est pourquoi Nathalie Sarraute s'est attachée à libérer «l'élément psychologique» de son support individuel, à empêcher son partenaire de s'attacher à des héros en le privant des indices qui lui permettent de «fabriquer des trompe-l'œil». Aussi le langage parlé et le langage pensé - l'«usage de la parole» - sont-ils peu à peu devenus le sujet de ses récits.