La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Julien Gracq, Œuvres complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Julien Gracq

Œuvres complètes

Tome I Édition de Bernhild Boie

Parution le 4 Avril 1989
Bibliothèque de la Pléiade, n° 354
Achevé d'imprimer le 09 Mars 1989
1536 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

70.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070111626
Code distributeur : A11162
GENCOD : 9782070111626

Ce volume contient

Au château d'Argol - Un beau ténébreux - Liberté grande - Le Roi pêcheur - André Breton. Quelques aspects de l'écrivain - La Littérature à l'estomac - Le Rivage des Syrtes - Préférences. Appendices : Éclosion de la pierre - Un cauchemar - Le Surréalisme et la Littérature contemporaine - Prose pour l'étrangère - Enquête sur la diction poétique - Kleist : «Penthésilée» - Entretien sur «Penthésilée» de H. von Kleist.

Il est des dates insolentes qui ont des éclats d'orage. La publication des écrits de Julien Gracq dans la Pléiade en est une. Œuvre hautaine et solitaire, elle est celle d'un navigateur des grandes profondeurs, d'un rêveur aux yeux noyés d'eau. Gracq s'est expliqué sur cette dérive vers des lieux singuliers où pousse «la plante humaine». «Zone hautement dangereuse, zone de haute tension», tels sont les bois d'Argol ou les roselières des Syrtes, avec leur air rare, «chargé d'une pureté mortelle», crépitant comme «un boulier de cristal», leurs places fortes clôturées de forêt et de mer, leur silence de «planète dévastée». Mais, au seuil de ces zones qu'il faudra investir par effraction, le regard de Gracq est un regard de ravage. [...]
Dans cette géographie remarquablement maîtrisée des romans, des poèmes, des essais, c'est la même carte livrant ses lisières et ses lignes de passage : une «fraîcheur aux tempes», un pressentiment qui affole les boussoles, un «chemin de foudre», un silence «douceâtre de prairie d'asphodèles», un bois dormant «que l'air léger des rêves infuse d'un bleu d'encens».
Œuvre de la patience, du secret et de l'écart, elle a l'étrange beauté des œuvres à jamais «battantes comme des portes».