La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Gérard de Nerval, Œuvres complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Gérard de Nerval

Œuvres complètes

Tome I Édition publiée sous la direction de Jean Guillaume et Claude Pichois avec la collaboration de Christine Bomboir, Jacques Bony, Michel Brix, Jean Céard, Pierre Enckell, Antonia Fonyi, Lieven d' Hulst, Jean-Luc Steinmetz et Jean Ziegler Nouvelle édition

Parution le 12 Septembre 1989
Bibliothèque de la Pléiade, n° 89
Achevé d'imprimer le 20 Juin 1989
2128 pages, ill., rel. Peau, 105 x 170 mm

65.50 € Acheter le livre

ISBN : 9782070110674
Code distributeur : A11067
GENCOD : 9782070110674

Ce volume contient

Premières poésies (1826-1829) - De Goethe à Ronsard (1827-1830) - Des Poèmes politiques aux Odelettes – Journalisme (1830-1839) - Les «Faust» de 1840 – Journalisme - Romans, poésies, articles (1841-1846) - Les Poésies de Heine et «Le Marquis de Fayolle» (1847-1850) - Correspondance (1830-1850).

Voici le premier tome de l'édition entièrement nouvelle des Œuvres complètes de Nerval. Ce tome était depuis longtemps attendu puisque le tome II a paru en 1984. C'était aussi le plus difficile à organiser, en raison de la médiocrité des travaux antérieurs, de la difficulté à accéder à plusieurs manuscrits et de l'extraordinaire prolifération des articles auxquels Gérard a donné beaucoup de son temps et de son talent. Il n'a pas fallu moins d'une équipe pour le mener à bien.
L'édition suit l'ordre chronologique, seule présentation capable de faire saisir l'étonnante trajectoire qui, en un quart de siècle, transforma le jeune Labrunie ou M. Gérard en Gérard de Nerval, pseudonyme définitif qui n'apparaît qu'en 1836. Durant les dernières années de la Restauration, disciple de Boileau et de Voltaire, il s'enrôle parmi les libéraux qui font la guerre aux ultras et témoigne alors d'une fécondité qui se traduit par des centaines de vers dont la plupart étaient restés inédits. En 1830, il se convertit au romantisme, qu'exprimeront les Odelettes, un romantisme discret par rapport à celui qu'arboraient ses amis du Petit Cénacle (même s'il a participé à la bataille d'Hernani) et il proteste contre la confiscation de la révolution de Juillet par la bourgeoisie. Mais il s'accommodera assez bien du régime de Louis-Philippe, collaborant à des journaux gouvernementaux, La Charte de 1830 et Le Messager, avant de devenir l'un des chroniqueurs dramatiques de La Presse. Passés au crible de la rigueur, et tous recueillis à leur date, les articles de Gérard montrent son très vif intérêt pour la scène : lors même que les pièces dont il doit rendre compte sont médiocres, il sait en donner des résumés intéressants, et formuler des appréciations qui constituent ces nombreuses pages en une histoire de l'art dramatique dans laquelle ne sont oubliés ni Shakespeare ni Sophocle.
Parallèlement à ce travail de grand journaliste, où apparaissent les sources majeures des œuvres de la fin, Nerval esquisse des nouvelles et, loin d'oublier la poésie, crée six sonnets qui, douze ans avant Les Chimères, sont de purs diamants. En 1841, le long apprentissage est terminé. Les éléments des grandes œuvres de 1850-1855 sont prêts. Mais Nerval ne se risque pas à donner forme à ces œuvres ; il préfère encore l'esquisse à l'achèvement. Il sait que son heure viendra. Tout ce qui prépare le Voyage en Orient, Les Filles du Feu, Aurélia est ici en devenir.