La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Montesquieu, Œuvres complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Montesquieu

Œuvres complètes

Tome II Édition de Roger Caillois

Parution le 29 Juin 1951
Bibliothèque de la Pléiade, n° 86
Achevé d'imprimer le 30 Mai 1951
1824 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

60.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070103669
Code distributeur : A10366
GENCOD : 9782070103669

Ce volume contient

Préparation de l'Esprit des Lois - De l'Esprit des Lois - Défense de l'Esprit des Lois - Dernières Œuvres - Spicilège. Appendices : Discours prononcé au Parlement de Bordeaux pour l'installation du premier Président - Extraits d'une «Historia Romana» - Voyage à Paphos - Poésies.

«On trouvera rassemblées ici pour la première fois toutes les œuvres de Montesquieu, à l'exception de sa Correspondance. Je n'ai pas la prétention d'avoir réussi dès l'abord une entreprise jamais tentée jusqu'ici et qu'on ne saurait probablement mener à bien sans un certain nombre de tâtonnements. Mon dessein principal a été de montrer l'unité de cette œuvre, de mettre en lumière la loi particulière et comme naturelle qui a présidé à son développement. Aussi je n'ai pas réuni d'un côté les ouvrages traditionnellement connus et fréquemment édités, de l'autre, ceux, tout aussi importants par l'étendue et la qualité, que les volumes confidentiels publiés à Bordeaux il y a une cinquantaine d'années, ont révélés à un très petit cercle d'amateurs locaux, et dont encore aujourd'hui le public cultivé pressent à peine la valeur, quand il ne continue pas d'en ignorer l'exigence. Au contraire, j'ai tout mêlé : œuvres célèbres et œuvres inconnues, œuvres longuement mûries, œuvres de circonstance, travaux annexes, ébauches et simples matériaux. De la sorte, les trois ou quatre chefs-d'œuvre qu'on a coutume d'admirer apparaissent reliés par un contexte ininterrompu où ils ne représentent plus que des points privilégiés. On se trouve devant une sorte de tissu organique très inégalement différencié, mais où toujours circule, par d'innombrables canaux qui se ramifient sans fin, une pensée singulièrement persévérante.»
Roger Caillois.