La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Henry James, Nouvelles complètes
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Henry James

Nouvelles complètes

Tome II
1877-1888
Trad. de l'anglais (États-Unis) par Marie-Françoise Cachin, Max Duperray, Aurélie Guillain, François Xavier Jaujard, Évelyne Labbé, Diane de Margerie, Marie-Rita Micalet, Catherine Pappo-Musard, Christine Savinel et Muriel Zagha. Édition d'Évelyne Labbé. Préface d'Annick Duperray et Évelyne Labbé

Parution le 6 Novembre 2003
Bibliothèque de la Pléiade, n° 502
Achevé d'imprimer le 02 Octobre 2003
1632 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

71.50 € Acheter le livre

ISBN : 9782070114665
Code distributeur : A11466
GENCOD : 9782070114665

Ce volume contient

Quatre rencontres - Rose-Agathe - Daisy Miller : étude - Le Mariage de Longstaff - Un Épisode international - La Pension Beaurepas - Journal d'un homme de cinquante ans - Une Liasse de lettres - Le Point de vue - Le Siège de Londres - Impressions d'une cousine - Lady Barberina - L'Auteur de «Beltraffio» - Pandora - Les Bonnes Raisons de Georgina - Un Hiver en Nouvelle-Angleterre - Le Chemin du devoir - Mrs. Temperly - Louisa Pallant - Les Papiers d'Aspern - Le Menteur - L'Avertissement des temps modernes.

Bien au-delà des années dites «d'apprentissage», Henry James (1843-1916), romancier prolixe, trouva dans la forme courte un champ d'expérimentation privilégié. Il lui arrivera même de se la donner pour modèle : «Écrire comme si, à n'importe lequel de ses stades, mon récit devait être une nouvelle. Seul moyen d'avancer et de tout inclure.» En effet, s'il ne cesse de succomber avec délices à la tentation de développer, l'exigence de brièveté répond à un idéal de maîtrise indissociable pour lui de la création littéraire, de sorte que chaque nouvelle tentative vient ressusciter le rêve d'un «triomphe de concision vigoureuse et vivante», d'un «pouls ou rythme très bref», d'«un petit joyau à la forme éclatante, rapide, vive».
Au-delà de la forme, les cent douze nouvelles de James, d'ailleurs plus ou moins brèves, répondent à un même souci : «Dépeindre la vie des gens n'est rien, tant que l'on n'a pas décrit leurs perceptions». D'incise en parenthèse, d'emboîtements en bifurcations, d'hypothèse en analogie, leur lecteur s'engage dans les méandres de la conscience et du texte, guidé par un art où, selon Maurice Blanchot, «tout est mouvement, effort de découverte et d'investigation, plis, replis, sinuosité, réserve, art qui ne déchiffre pas mais est le chiffre de l'indéchiffrable».