La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • William Faulkner, Nouvelles
image d'illustration: nouveauté
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

William Faulkner

Nouvelles

Trad. de l'anglais (États-Unis) par Jules Bréant, Louise Bréant, Maurice-Edgar Coindreau, Didier Coupaye, Renée Gibelin, Michel Gresset, François Pitavy, René-Noël Raimbault, Henri Thomas, Ch.-P. Vorce et Céline Zins et révisé par François Pitavy. Édition de François Pitavy

Parution le 16 Mars 2017
Bibliothèque de la Pléiade, n° 620
Achevé d'imprimer le 17 Février 2017
1824 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

Prix de lancement 67.00 € jusqu'au 31 12 2017 Acheter le livre

ISBN : 9782070136919
Code distributeur : A13691
GENCOD : 9782070136919

Autour du livre

Ce volume contient

Croquis de La Nouvelle-Orléans. Contes : «Mayday» - «L'Arbre aux Souhaits». Nouvelles recueillies : I. La Campagne - II. Le Village - III. La Forêt sauvage - IV. La Terre vaine - V. L’Entre-deux-mondes - VI. Au-delà. Nouvelles non recueillies par l’auteur - Nouvelles posthumes - Fictions autobiographiques brèves. Appendice : Version originelle de nouvelles ultérieurement remaniées et insérées dans La Ville ou La Demeure.

Pour la première fois, toutes les nouvelles de Faulkner – une centaine d’histoires, dont quelques-unes étaient toujours inédites en français – se trouvent réunies en un volume.
C’est la première fois aussi que les lecteurs français ont accès à l’ouvrage que l’écrivain avait lui-même constitué en 1950, Collected Stories (Nouvelles recueillies), renonçant à ses recueils antérieurs, Treize histoires et Le Docteur Martino, pour composer, avec leur contenu et dix-sept autres textes parmi ses meilleurs, six sections qui sont autant de facettes de son univers mental et fictionnel. Ce recueil monumental établit définitivement la réputation d’un Faulkner qui, quelques mois plus tard, devait recevoir le prix Nobel et que l’influente New York Times Book Review place alors «au-dessus de tous les écrivains américains depuis James et peut-être depuis Melville».
Les «Nouvelles non recueillies par l’auteur» et ses «Nouvelles posthumes» s’ajoutent à cet ensemble. On y joint aussi ses premières histoires, parues dans la presse de La Nouvelle-Orléans en 1925 et dont la lecture dans l’ordre chronologique permet d’assister à la naissance d’un écrivain ; ses deux contes, l’un destiné aux enfants, l’autre (avec d’autres intentions) à une jeune fille plus avancée en âge ; et deux textes inclassables, à mi-chemin entre la fiction et l’autobiographie : le splendide «Mississippi», qui évoque par endroits les plus belles pages des sections narratives de Requiem pour une nonne, et «Et que faire à présent», dans lequel Faulkner réinvente la lignée dont il est le rejeton et se rêve en séducteur contraint de quitter la ville parce qu’«une fille eut des problèmes»…
On sait que Faulkner composa plusieurs de ses romans en révisant, plus ou moins profondément, des nouvelles préexistantes. Un appendice propose ici la version originelle de celles qui, après de considérables remaniements, entrèrent dans la composition du Hameau et de La Demeure.
Toutes les traductions ont été révisées par François Pitavy, à qui sont dues, en outre, les versions françaises des nouvelles inédites en français.
Ce volume complète les cinq tomes de la série des Œuvres romanesques de William Faulkner dans la Pléiade. Il aurait aussi bien pu les précéder, car les histoires courtes de Faulkner constituent une porte d’accès idéale à son œuvre. Qu’elles soient sérieuses ou tragiques, comiques ou ironiques, voire grinçantes, ou encore à la limite du fantastique, elles exploitent la même «mine d’or» que les romans, ce que l’écrivain appelait son «petit timbre-poste de pays natal» ou son «cosmos personnel» – qui élargit pourtant ici et là ses frontières hors du Yoknapatawhpha. Et, tandis que l’expérimentation formelle y est moins déroutante que dans certains romans, l’inventivité, l’audace, la liberté narrative y sont à leur sommet.

Les cent nouvelles de Faulkner réunies dans ce volume sont une très bonne introduction à son œuvre

Bruno Corty, Le Figaro littéraire (15/06/2017)

« C'est un bonheur de lecture sans pareil qui nous est offert, l'occasion de partager la vision d'un immense écrivain. Ça ne se refuse pas ! ».

 

Un volume de La Pléiade réunit les nouvelles du grand William Faulkner

Francine de Martinoir, La Croix (01/06/2017)

« De ce genre qu'il déclarait pratiquer pour des raisons financières, Faulkner avait dit pourtant que " la nouvelle est, après la poésie, la forme littéraire la plus exigeante". Les voici donc enfin réunies en un seul volume, avec préface et appareil critique très éclairants, celles qu'il avait rassemblées lui-même - Nouvelles recueillies (Collected Stories) - les nouvelles non recueillies par l'auteur, les Nouvelles non posthumes et les premières histoires, parues en 1925 dans la presse de La Nouvelle-Orléans.»

 

Venant clore l'intégrale de la Pléiade consacrée à l'Américain, un volume rassemble ses nouvelles, concentrés puissants de l'âme du Mississippi.

Nathalie Crom, Télérama (08-14/04/2017)

« Les romans et les nouvelles de William Faulkner (1897-1962) "sortent de la même mine d'or", écrit avec une belle netteté l'universitaire François Pitavy, spécialiste du grand Bill, dans la précieuse préface ouvrant ce volume qui rassemble les fictions courtes de l'écrivain - et qui vient clore l'édition en Pléiade, en six tomes, de l'œuvre intégrale du plus grand auteur américain du XXe siècle.»

 

Toutes les nouvelles de Faulkner publiées pour la première fois en Pléiade

Alain Jean-Robert, AFP (08/03/2017)

« Pour la première fois, toutes les nouvelles de l'écrivain américain William Faulkner, soit une centaine d'histoires dont six inédites en français, sont réunies en un volume dans la pléiade, une initiative sans équivalent y compris en anglais.»