La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Saint-Simon, Mémoires suivi de Additions au Journal de Dangeau
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Saint-Simon

Mémoires suivi de Additions au Journal de Dangeau

Tome VIII Édition d'Yves Coirault Nouvelle édition

Parution le 17 Novembre 1988
Bibliothèque de la Pléiade, n° 350
Achevé d'imprimer le 07 Octobre 1988
1904 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

65.00 € Acheter le livre

ISBN : 9782070110155
Code distributeur : A11015
GENCOD : 9782070110155

Ce volume contient

Mémoires (1721-1723). Appendices : Reliquat des additions au Journal de Dangeau - Le Bonheur des Neufville-Villeroi.

Avec la parution du tome VIII des Mémoires de Saint-Simon, cette édition est complète. Elle offre le texte intégral des Mémoires sur plus de huit mille pages et sur deux mille, réparties dans chaque volume, les additions au Journal de Dangeau ; l'appareil critique, aussi nécessaire pour la langue que pour l'histoire, occupe une place importante dans chaque tome. Le dernier volume contient, outre les six cents dernières page s du texte proprement dit, le reliquat des additions au Journal de Dangeau, une note bibliographique, un index général des Mémoires, une table alphabétique des appendices et un tableau de concordance entre la présente édition et les précédentes.
Proust disait qu' «une tragédie de Racine, un volume des Mémoires de Saint-Simon ressemblent à de belles choses qui ne se font plus». Au vrai, de même que la langue du petit duc est riche de formes abolies, ses Mémoires sont composés de vestiges d'usages et de façons de sentir qui n'existent plus et à quoi rien de ce qui aujourd'hui existe ne ressemble. Il n'est guère aisé de rendre compte en une définition de tous les aspects de ce livre. Porte-t-il témoignage sur son auteur? Sur l'Histoire? Contre l'Histoire peut-être? Quoi qu'il en soit, il est assurément un fabuleux spectacle, offert par l'auteur à lui-même et, bien plus tard, aux autres : il est le spectacle noir et or du «néant du monde». Qu'on lise, pour s'en assurer, les phrases ultimes de l'œuvre, où apparaît une dernière fois le motif de l'avilissement de toutes choses, alors même que vient d'être atteint le terme jusqu'auquel l'écrivain s'était proposé de conduire son ouvrage :
«On est charmé des gens droits et vrais ; on est irrité contre les fripons dont les cours fourmillent ; on l'est plus encore contre ceux dont on a reçu du mal. Le stoïque est une belle et noble chimère. Je ne me pique donc pas d'impartialité. Je le ferais vainement. Comme je n'en verrai rien, peu m'importe ; mais si ces Mémoires voient jamais le jour, je ne doute pas qu'ils n'excitent une prodigieuse révolte. [...] comme, au temps où j'ai écrit, surtout vers la fin, tout tournait à la décadence, à la confusion, au chaos, qui depuis n'a fait que croître, et que ces Mémoires ne respirent qu'ordre, règle, vérité, principes certains, et montrant à découvert tout ce qui y est contraire, qui règne de plus en plus avec le plus ignorant, mais le plus entier empire, la convulsion doit être générale contre ce miroir de vérité.»