La Pléaide

  • La Pléiade /
  • Catalogue /
  • Bibliothèque de la Pléiade /
  • Robert Louis Stevenson, Le Maître de Ballantrae et autres romans
Ajouter à ma sélection Ajouter à ma bibliotèque

Robert Louis Stevenson

Œuvres, II

Le Maître de Ballantrae et autres romans

Trad. de l'anglais par Charles Ballarin, Mathieu Duplay, Patrick Hersant, Alain Jumeau, Marie-Anne de Kisch et Marc Porée. Édition publiée sous la direction de Charles Ballarin et Marc Porée avec la collaboration de Mathieu Duplay, Patrick Hersant, Alain Jumeau et Marie-Anne de Kisch

Parution le 14 Avril 2005
Bibliothèque de la Pléiade, n° 513
Achevé d'imprimer le 21 Mars 2005
1440 pages, rel. Peau, 105 x 170 mm

66.00 € Acheter le livre

ISBN : 2070112691
Code distributeur : A11269
GENCOD : 9782070112692

Ce volume contient

Enlevé ! - La Chaussée des Merry Men - La Flèche noire - Le Grand Bluff - Le Maître de Ballantrae - Le Pilleur d'épaves.

«Toute lecture digne de ce nom se doit d'être absorbante et voluptueuse», écrit Stevenson dans À bâtons rompus sur le roman. Les œuvres rassemblées dans ce deuxième volume, écrites pour la plupart au cours de l'errance à laquelle la quête de climats propices à sa santé oblige désormais Stevenson, ont à cœur de répondre à cette injonction et jouent de toutes les facettes du romanesque : Enlevé ! se transporte dans les Highlands, où il file ventre à terre ; La Chaussée des Merry Men a pour décor un îlot d'Écosse battu par les vagues ; La Flèche noire relate des «Aventures au temps de la guerre des Deux-Roses» ; Le Grand Bluff, pastiche plein de fantaisie, navigue plutôt entre romance, enquête policière et sensationnel ; Le Maître de Ballantrae, chef-d'œuvre incontestable de cette période, multiplie les sauts de puce entre l'Ancien et le Nouveau Monde, l'Écosse, l'Inde et l'Amérique ; quant au Pilleur d'épaves, première fiction inspirée par les mers du Sud - on sait que Stevenson finira ses jours aux Samoa -, l'auteur semble y récapituler toute sa trajectoire passée. Pas un personnage, dans ces romans où le thème du double est toujours présent, qui ne soit fasciné par qui se montre plus exalté, plus retors, plus séduisant que lui. Entre peur et exultation, le lecteur, qui joue à être le héros du récit, renoue avec des sensations d'enfance qu'il croyait perdues ou pensait émoussées...